30/01/2013

Que la force du chat soit avec toi... Et "Push the button" le retour... Et les zappings de lundi...

Faut toujours se méfier des chats "mignons tout plein"...

 Une vidéo précédente:

 

 La chaine TNT a remis son "Push the button" à quelque part...:

 

 La première vidéo a été vue 42 700 000 fois:

 

 

 

 

 


Un chien ruine totalement les premiers pas du... par lezappingduweb

10:10 Publié dans Buzz, Chats, Quelques pubs, Zapping | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chat, buzz, spot de pub, tnt, zapping | | | | | Pin it! | |  Facebook

10/02/2010

Télévision numérique: libre choix du décodeur

Libre choix du décodeur

Berne, 10.02.2010 - Le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) ouvre la consultation sur une modification de loi permettant aux consommateurs de télévision numérique d'utiliser un décodeur de leur choix. Les milieux intéressés peuvent adresser leurs avis à l'Office fédéral de la communication (OFCOM) jusqu'au 10 mai 2010.

Pour recevoir des programmes de télévision numérique, il faut disposer d'un appareil de réception (décodeur), qui transforme le signal numérique en images et décrypte les programmes codés. Le projet de loi entend assurer aux consommateurs le libre choix de leur appareil de réception, sans qu'ils soient contraints d'utiliser le décodeur de leur fournisseur de services de télécommunication pour recevoir certaines offres numériques.

Si certains fournisseurs de télévision numérique souhaitent ne pas renoncer au cryptage, ils sont alors tenus d'offrir à leurs clients une offre de base comprenant au moins 50 programmes, qui peut également être captée au moyen de décodeurs librement accessibles. Dans ce cas, ils doivent livrer un système d'autorisation d'accès, sur une carte à introduire dans le décodeur. Le prix de cette offre de base ne doit pas dépasser celui de l'abonnement pour l'offre de base disponible avec un décodeur ordinaire.

Pendant deux ans, cette exigence ne concerne pas les fournisseurs de services de télécommunication diffusant leurs programmes par le protocole internet (p. ex. Swisscom TV). Cette exception limitée dans le temps se justifie pour des raisons techniques et parce qu'il n'existe pas encore de marché des décodeurs.

La modification de loi répond à la demande formulée dans la motion déposée en 2007 par Madame Sommaruga, Conseillère aux Etats, et transmise en été 2009 au Conseil fédéral par le Parlement, avec le texte modifié.

 

Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication

 

La vidéo du jour:

 

 

18:59 Publié dans Téloche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tnt, cablecom | | | | | Pin it! | |  Facebook

18/09/2009

France: lancement de la campagne nationale d'information sur le passage à la télé tout numérique.

Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication, Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d'Etat chargée de la Prospective et du Développement de l'économie numérique, Michel Boyon, Président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et Philippe Lévrier, Président du GIP France Télé Numérique, ont présenté le dispositif national d'information sur le passage à la télé tout numérique. Cette communication permettra d'informer tous les Français et de soutenir les plans d'action régionaux déployés, zone après zone, en application du schéma national d'arrêt de la télévision analogique défini par le Premier Ministre le 22 juillet 2009.

Le site offficiel...

Concernant le bassin lémanique, les dates disponibles sont toujours vagues:

Courant 2010...

St-Gingolph/Mt-Pélerin

Salève

Gex Mt-Rond

L'arrêté du 23 juillet 2009

Voici les 2 vidéos de la campagnes nationale:

 

 

 

et

 

 

 À lire dans la presse française:

Le Figaro.fr

Le Monde.fr

 

 

 

08:06 Publié dans Téloche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tnt, france | | | | | Pin it! | |  Facebook

05/03/2009

Décodeurs numériques: le Conseil fédéral appelé à trancher

Monopole de Cablecom sur les décodeurs, la pression se relâche un peu

Berne - Répondant à une motion socialiste, le Conseil national a mis la pression sur Cablecom à propos de ses décodeurs numériques. Il a chargé le Conseil fédéral de réviser la loi pour interdire le cryptage des chaînes librement accessibles sur le marché.

S'il y a cryptage, il faudrait au moins garantir aux consommateurs qu'ils puissent utiliser les appareils de réception de leur choix "à des conditions raisonnables", ont décidé les députés. Les consommateurs ne devraient pouvoir choisir librement leur appareil qu'à partir de 2011.

La suite est à lire ici.

Il y a aussi l'article de 24 Heures, mais il risque de disparaitre d'ici peu...

Encore heureux que l'offre de CitycableCityTV vient de sortir cette semaine pour démontrer que ce que Cablecom ne veut surtout pas voir est possible. Mais il faudra attendre au minimum 2 ans et j'ai encore l'impression que Cablecom va mettre la pression pour encore imposer ses décodeurs...

Je rapelle que toutes les télés vendues actuellement sont équipées d'un décodeur TNT qui ne peut être utilisé sur un téléréseau fourni par Cablecom... donc la seule possibilité est de faire comme Citycable/CityTV... mais comme cette solution va faire un trou dans le bas de laine d'UPC...

22:26 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tnt, citycable, cablecom, naxoo | | | | | Pin it! | |  Facebook

04/03/2009

Quand Citycable démontre ce que Cablecom dit impossible à faire...

Citycable vient d'augmenter son offre de chaines radio et télé en numériques disponible gratuitement.

Depuis hier, il y a 32 chaines télé supplémentaires.

Pour pouvoir les regarder, il suffit d'utiliser le décodeur  qui est intégré dans pratiquement toutes les télés LCD ou Plasma vendues actuellement (la France a rendu ce décodeur obligatoire...) ou pour les télés plus anciennes, d'en acheter un dans le commerce, au libre choix du client.

Mais ceci n'est pas valable pour les clients Cablecom, qui doivent toujours, soit louer un décodeur à 6.- par mois (qui fait aussi office de chauferette vu la consommation de courant qu'il consomme en fonction et surtout en stand-by et selon le modèle, on ne peut même pas changer l'ordre des chaines qui est imposé par Cablecom) soit l'acheter à 150.- mais vu que Cablecom nous en promet un nouveau dans un avenir plus ou moins (plutôt loin...) proche,  qui est censé consommer beaucoup moins de courant... cette solution est déconseillée actuellement.

J'espère que nos politicards de Berne auront bientôt changé leurs télé et que si ils sont sur un téléréseau Cablecom, il se rendront compte de l'inutilité du décodeur TNT intégré à cette nouvelle télé.

Quand je parle de Cablecom, chers genevois, vous pouvez y intégrer Naxoo, qui ne fait pas mieux si ce n'est pire d'ailleurs...

Une note sur Naxoo devrait suivre un de ces jours...

Citycable démontre ainsi qu'il est parfaitement possible de fournir la télévision numérique gratuite (libre de droit) gratuitement (sous réserve de l'achat d'un décodeur au choix du client si il n'en a pas un qui est intégré, je me répète, mais je crois que c'est nécessaire...) et pour ceux qui le désirent dans un deuxième temps, fournir des bouquets payants (Canal+ et autres offres payantes) avec un décodeur propriétaire (comme le fait actuellement Cablecom) ou avec une carte en location comme le fait Canalsat Suisse... Ce que Cablecom affirme être impossible à faire pour des raisons techniques (forcément, ça fera moins d'argent dans le tiroir-caisse)...

Ci-dessous, le communiqué de presse de Citycable:

L’offre en matière de programmes continue de s’étoffer sur le téléréseau CityTV. Depuis le 3 mars prochain, les téléspectateurs du câble lausannois bénéficient de quelque 130 programmes de radio-TV numérique inclus dans l’abonnement de base, dont 110 chaînes de télévision numérique terrestre (TNT) contre 78 jusqu’ici ...



Par ailleurs, six programmes télévisuels moins courus disparaîtront du répertoire analogique à fin mars, mais resteront accessibles en format TNT. Et trois autres chaînes feront l’objet d’un changement de fréquence. Des changements qui s’inscrivent dans le passage programmé, à terme, de la version analogique traditionnelle vers la qualité technologique du tout numérique.

 

Il y en aura pour tous les goûts et toutes les cultures dans l’offre numérique élargie à quelque 130 programmes de radio-TV numérique inclus dans l’abonnement de base. Parmi ceux-ci, 110 chaînes de télévision numérique terrestre (TNT), qui devraient permettre aux téléspectateurs de la capitale vaudoise et des environs de disposer de leurs émissions préférées dans une qualité d’image et de son nettement améliorée. La palette a été enrichie de nouvelles chaînes allemandes, italiennes, espagnoles, anglaises, arabes et balkaniques. Sans oublier l’ajout de TVRL, de Rouge TV, de Cartoon Network et de TCM en français, qui porteront à 40 le nombre de chaînes numériques francophones sur le câble CityTV.

Consacrée par des labels européens, la Télévision Numérique Terrestre (TNT) et les standards numériques en général sont progressivement appelés à remplacer l’ancien mode de diffusion analogique. Les Services industriels lausannois ont prévu une mutation progressive, afin de donner au téléspectateur le temps d’amortir son téléviseur actuel avant de devoir en changer : si seuls 20-25% de leurs clients disposent aujourd’hui d’un poste équipé d’un récepteur TNT, cette proportion devrait progressivement passer à 95% vers 2015. Sur la base de ces prévisions, la disparition totale des 45 chaînes analogiques actuelles ne s’achèvera que vers 2020 environ.

Dans un premier temps, six programmes en retrait des chaînes principales ne seront plus émis en version analogique dès le 31 mars prochain. Il s’agit des chaînes francophones Fashion TV et RTBF Sat, des germanophones Sat 1 et RTL TV, des anglophones BBC Prime et CNBC, qui resteront toutefois disponibles en format numérique et TNT dans une palette élargie. De plus, les programmes AB1, Escales et Mezzo, tout en demeurant dans le registre analogique, feront l’objet d’un changement de fréquence amené de manière progressive, avec effet définitif au 14 avril.

Sachant qu’un même programme est généralement diffusé dans plusieurs formats différents, le remplacement de l’analogique par le numérique permettra également de dégager des disponibilités sur le téléréseau pour le développement d’autres technologies, dont la TVHD (TV à Haute Définition), la VOD (Video On Demand) et la TV sur IP (Internet Protocole).


-Les services industriels de Lausanne

21:51 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tnt, citycable, cablecom | | | | | Pin it! | |  Facebook

02/10/2008

La TNT française dans le bassin lémanique ?

Pour ceux qui espéraient (rece)voir la TNT française dans le bassin lémanique, ils auront peut-être plus de chance de voir avant le monstre du Loch Ness dans le Léman qu'une seule chaine de TNT... (puisque c'est un vrai serpent de mer...) depuis le temps que sa venue (la TNT, pas le serpent...) est reportée...

C'est que  le CSA vient de publier les dernières infos sur le sujet:

concernant l'émetteur de Gex/Mont Rond, il est écrit ceci:

Reporté au passage au tout numérique*


 

* Les études sur le terrain ont montré que, compte tenu du nombre insuffisant de fréquences disponibles pour un usage audiovisuel sur la zone, il n'était pas possible d'émettre sur des fréquences numériques dans les zones considérées sans que de nombreux téléspectateurs ne subissent des perturbations dans la réception des chaînes analogiques. Cette situation cessera avec l'arrêt de la diffusion analogique, qui rendra disponibles des fréquences et dont la date est fixée au 30 novembre 2011 au plus tard.

 

Concernant le Mont Salève et   Saint-Gingolph couvert par le Mont Pèlerin, par contre il y a un petit espoir mais pour quand...:

Soumis au calendrier d'application de l'article 98**
** L'article 98 de la loi du 30 septembre 1986 offre la possibilité au Conseil, lorsque les fréquences ne sont pas suffisantes pour permettre la diffusion simultanée des chaînes en modes analogique et numérique, de retirer l'autorisation accordée en mode analogique. Cet article s'applique sous certaines conditions, notamment celle pour le Conseil d'accorder à la chaîne, sans interruption de service, l'usage d'une ressource en mode numérique permettant une couverture au moins équivalente. Cette procédure implique la consultation des chaînes sur l'opération technique envisagée. Le Conseil apportera les éléments de calendrier une fois que les chaînes auront répondu à la consultation.

 

22:26 Publié dans Téloche | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tnt, france | | | | | Pin it! | |  Facebook

12/09/2008

A nos chers conseillers élus à Berne... 2ème partie...

Cette deuxième note est destinée à tous les conseillers élus sous la coupole fédérale qui ne seraient pas encore sortis de leur état somnambulo-léthargico-subliminalo Cablecomien...   et/ou qui n'auraient pas encore compris les enjeux d'une motion importante...

Pour rappel, vous allez devoir traiter de la motion de madame la Conseillère aux Etats du canton de Berne, Simonetta Sommaruga (PS).

Je reprends ci-dessous ce que j'avais déjà écrit le 12 avril...

La motion de Madame Simonetta Sommaruga  est à lire ici (en français), ce qui permettra de mieux comprendre ces enjeux.

Actuellement, M. Paul Apadbol, client de Cablecom, reçoit ceci sur son téléréseau:

- les chaines en analogique (il n'a pas besoin de boitier spécial pour les regarder) mais en principe, l'analogique devrait être supprimé en 2011-12.

- les chaines en numérique : pour ce faire, il avait le choix: soit il achète un boitier à 150.- (chez Cablecom uniquement) ou il le loue pour 6.- par mois MAIS avec ce boitier, il ne peut pas enregistrer directement des émissions.

Pour pouvoir les enregistrer, Paul doit obligatoirement  louer la "médiabox" avec un disque dur à 20.- par mois.  Et encore, il ne pourra même pas les copier sur un dvd directement...

Donc, Paul a acheté un graveur dvd avec disque dur qu'il a branché sur son boitier Cablecom à 150.-, ce qui lui permet de d'enregistrer et éventuellement de graver ses feuilletons favoris... et de regarder en même temps une autre chaine en analogique mais ce qui ne sera plus possible, en l'état actuel, dans le futur (c'est presque du Champignac ça...) puisque l'analogique est voué à disparaitre...

Et je ne parle même pas de la qualité médiocre du nouveau boitier: il a une consommation énergétique en veille indécente et on ne peut même pas programmer les chaines dans l'ordre de son choix...

Et le plus important est que cette situation est valable dans le cas ou paul est célibataire ou vit en parfaite harmonie avec sa tendre moitié.... parce que si les deux veulent regarder chacun une chaine numérique (Direct 8 pour Paul et Pro7 pour Nicole par exemple)  ils peuvent le jouer à pile ou face.... ou acheter un deuxième boitier...

Et encore, je n'ai pas parlé du cas de la famille Apadbol: le père, la mère et ses deux charmants enfants (ni de la HD d'ailleurs, que je ferai l'impasse pour éviter le mal de tête...):

chacun à sa propre télé et donc son propre boitier (à 150.- ou 6.-/mois ou 20.-/mois pour le "médiabox avec disque dur, pour rappel)...

Le frère jumeau de Paul Apadbol, Bob, lui a plus de chance: il habite Lausanne. CityTv n'appartient pas à Cablecom. Et ça ne lui coute presque rien. Grâce à un récepteur TNT  branché sur son téléviseur actuel ou intégré à un poste TV récent, il a accès à 70 programmes en version TNT, avec une meilleure qualité d'image et de son, via le câble lausannois.
.
Donc, il a le choix:
- soit il achète le "décodeur" de son choix, dans le magasin de son choix...
- soit il est déjà intégré dans sa télé (norme T pour terrestre et non pas C pour câble) et/ou son graveur dvd...
.
Alors quand on lit réponse du Conseil fédéral du 12.09.2007:

2. Cryptage de base
Le cryptage de base signifie que tous les programmes diffusés en mode numérique sont transmissibles sous forme cryptée. Le décryptage se fait à l'aide d'un décodeur. 
Il est légitime que le cryptage soulève un certain intérêt. Il permet tout d'abord de lutter contre le problème des téléspectateurs pirates de manière plus efficace qu'avec les systèmes de plombage traditionnels, qui peuvent être assez facilement contournés. Le téléspectateur ne peut pas voir les programmes cryptés sans être abonné. En outre, en comparaison avec la technique actuelle, ce mode d'adressage assure bien mieux le respect des exigences légales relatives aux zones de desserte pour les programmes de télévision régionaux ayant droit à une quote-part de la redevance. En vertu de l'article 38 alinéa 5 LRTV, ceux-ci ne sont en effet pas autorisés à émettre en dehors de leur zone de desserte.
Une mesure envisageable pour empêcher toute fidélisation captive serait d'obliger les câblo-opérateurs à fournir des modules de décryptage qui pourraient être installés sur les autres décodeurs disponibles sur le marché. Ces décodeurs devraient toutefois posséder une interface correspondante et coûteraient - avec le module - nettement plus cher, par exemple, que le décodeur de Cablecom (150 francs) qui contient déjà un système de décryptage.
Vu ces éléments, le Conseil fédéral a renoncé à imposer une telle mesure. Par ailleurs, pour les raisons évoquées ci-après, interdire le cryptage ou rendre obligatoire la mise à disposition des modules de décryptage ne vont pas dans le sens d'une réelle liberté de choix.
3. Système d'exploitation
La question de la liberté de choix du décodeur ne doit pas être considérée sous le seul angle du cryptage. A l'instar d'un ordinateur personnel, les boîtiers décodeurs contiennent une sorte de système d'exploitation qui assure la communication entre le réseau câblé et le décodeur. Or, sans ce système, il n'est pas possible de recevoir les services additionnels proposés par le câblo-opérateur.
La loi prescrit la diffusion de plusieurs services additionnels. Parmi ces services, il convient de citer la transcription partielle des émissions en langage des signes pour les téléspectateurs malentendants, le guide électronique des programmes - qui permet au public de s'y retrouver dans la foison des programmes à disposition -, des services de télétexte étendus, la possibilité de capter plusieurs canaux sonores ou les fonctions de programmation d'un enregistreur vidéo à disque dur. 
Actuellement, les systèmes d'exploitation ne sont pas standardisés et sont très différents d'un décodeur à l'autre. Les consommateurs qui achèteraient un décodeur en vente dans le commerce ("zapping-box") ne pourraient plus capter les services additionnels, faute de bases de logiciel nécessaires. D'une part, les consommateurs seraient confrontés à certains problèmes pratiques (p. ex. l'enregistreur vidéo à disque dur ne peut plus être programmé automatiquement). D'autre part, les câblo-opérateurs ne pourraient plus fournir aux consommateurs les services additionnels à diffuser obligatoirement.
Une interdiction du cryptage de base ne permet pas à elle seule d'offrir une réelle liberté de choix aux consommateurs. Des normes techniques pour le système d'exploitation devraient également être définies. Aucune norme ne s'étant encore imposée au niveau international, une telle démarche paraît aujourd'hui prématurée. Une solution propre uniquement à la Suisse n'aurait d'autre effet que de renchérir considérablement les coûts de production des décodeurs destinés au marché suisse, au détriment des consommateurs. Cablecom, qui appartient au plus grand câblo-opérateur d'Europe, met sur le marché les mêmes décodeurs que sa société mère sur tout le continent. Une réglementation hâtive comporterait en outre certains risques: la norme choisie pourrait être rapidement dépassée en raison de l'innovation technique et empêcher aussi bien les consommateurs que les câblo-opérateurs de bénéficier des développements liés à cette innovation.
Actuellement, le Conseil fédéral ne juge donc pas opportun de définir des normes pour le système d'exploitation des décodeurs. Selon l'article 56 ORTV, le DETEC peut revenir sur cette position pour autant qu'il existe des normes reconnues au niveau international et à condition que cela soit nécessaire pour garantir la liberté des opinions.


 

ça me laisse songeur, puisque cela contredit la pratique actuelle du réseau lausannois et sur d'autres (Nyon...) qui ne dépendent pas de Cablecom...
J'espère que ces quelques (longues) lignes feront mieux comprendre les enjeux de cette pétition.
Et je rappelle que la Romandie existe... 

15:32 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cablecom, tnt, télé numérique, décodeurs | | | | | Pin it! | |  Facebook

09/09/2008

A nos chers conseillers élus à Berne... 1ère partie...

Cette première note est destinée à tous les conseillers élus sous la coupole fédérale qui ne seraient pas encore sortis de leur état somnambulo-léthargico-subliminalo Cablecomien... et/ou qui n'auraient pas encore compris les enjeux d'une motion importante...
Pour rappel, vous allez devoir traiter de la motion de madame la Conseillère aux Etats du canton de Berne, Simonetta Sommaruga (PS).
Pour commencer, je reprends le communiqué de presse de Comparis.ch, écrit par Ralf Beyeler (même si je n'aime pas trop les communiqués  de Comparis qui n'ont pour but que de faire de la publicité pour sa société...).
Mais comme il dit tout haut ce que beaucoup de personnes dépendant de Cablecom & Cie pensent...

comparis.ch sur le cryptage des chaînes de télévision numérique - Télé numérique : les câblo-opérateurs campent sur leurs positions

    Zürich (ots) - Est-ce que le cryptage des signaux de la télévision numérique et l'utilisation de décodeurs pour leur décryptage vont dans le sens de l'intérêt des consommateurs ?  Oui, a réaffirmé aujourd'hui l'association faîtière Swisscable lors d'une conférence de presse. comparis.ch, le comparateur sur internet, est d'un tout autre avis : le cryptage des programmes de télévision n'est pas nécessaire sur le plan technique et n'opère qu'une fidélisation captive du téléspectateur. Aux yeux de Ralf Beyeler, expert ès télécom chez comparis.ch, «les décodeurs permettent aux exploitants des réseaux câblés de gagner de l'argent facilement. Au final, les décodeurs servent plus à enchaîner les téléspectateurs qu'à décrypter les chaînes de télévision. »

    En été 2007, la Conseillère aux Etats du canton de Berne, Simonetta Somma¬ruga (PS), a déposé une motion au parlement pour faire « interdire le cryptage - propre à un opérateur - de chaînes de télévision librement accessibles dans le cadre de l'offre de base en matière de diffusion numérique sur les réseaux câblés... ».  En d'autres termes, S. Sommaruga veut que les consommateurs et consommatrices puissent recevoir les chaînes de télévision publiques non cryptées, ou alors qu'ils puissent librement choisir l'appareil de décryptage qu'ils souhaitent utiliser. Ainsi, les téléviseurs de la nouvelle génération ont un tuner intégré capable de recevoir la télévision numérique par le câble mais ne peuvent pas lire les signaux envoyés par les fournisseurs parce que seuls les propres décodeurs du fournisseur en sont capables. Selon R. Beyeler, expert ès Télécom chez comparis.ch,  «la demande déposée par madame Sommaruga relève du bon sens absolu. Beaucoup de câblo-opérateurs cryptent les programmes uniquement afin de pouvoir placer leurs propres décodeurs, de gagner ainsi de l'argent facilement et de rendre leurs clients inutilement tributaires. »

    Scandale au niveau de la politique de la concurrence Le fait est que le codage des chaînes de télévision que les cablô-opérateurs se procurent eux-mêmes gratuitement ne répond à aucune nécessité. Plusieurs fournisseurs de télévision numérique, que ce soient en Suisse ou à l'étranger, ne cryptent pas leurs programmes, et ce depuis longtemps. Naturellement, les câblo-opérateurs suisses qui se rebellent contre madame  Sommaruga   le savent aussi.  Aujourd'hui, avant le débat au Conseil national de la motion de Simonetta Sommaruga, l'association faîtière Swisscable a de nouveau revendiqué lors d'une conférence de presse à Berne pour que les fournisseurs puissent continuer à coder les signaux des programmes gratuits. Pour Ralf Beyeler, expert ès télécom chez Comparis, «personne ne s'oppose à ce que les câblo-opérateurs mettent en place une procédure spécifique pour les programmes à la demande (video on demand). En revanche, pour les chaînes de base, les téléspectateurs devraient pouvoir utiliser l'appareil de décodage de leur choix. Le « décodeur qui enchaîne » imposé aux clients par Cablecom et consorts, est un scandale.»

http://www.presseportal.ch/fr/pm/100003671/100569191/comparis_ch_ag

14:30 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cablecom, tnt, télé numérique, décodeurs | | | | | Pin it! | |  Facebook