04/11/2009

Télécommunications: protection des consommateurs renforcée et Facebook ne va pas être content...


Télécommunications: protection des consommateurs renforcée

 

Bern, 04.11.2009 - Le Conseil fédéral a approuvé aujourd'hui l'adaptation des ordonnances d'exécution de la loi sur les télécommunications (LTC). Ces modifications permettent entre autres de renforcer la protection et l'information des consommateurs lorsqu'ils utilisent leur téléphone mobile à l'étranger ou lorsqu'ils consomment des services à valeur ajoutée. 

L'information des consommateurs dans le domaine de la téléphonie mobile se trouve renforcée par les changements apportés à l'ordonnance sur les services de télécommunications (OST). Ainsi à partir du 1er juillet 2010, le prix maximal que peut coûter un appel devra être communiqué, par exemple par SMS, à un client qui utilise son téléphone mobile à l'étranger (itinérance internationale; art. 10a OST). Avec cette nouveauté la Suisse se rapproche des mesures prises par l'Union européenne en 2008 et 2009. D'autre part, l'existence de l'organe de conciliation des télécommunications (ombudscom) devra dorénavant être mentionnée sur chaque facture ou lors de chaque recharge pour les formules à prépaiement (art. 47, al. 3, OST).

 

 

 

Abonnements par SMS et services à valeur ajoutée

Les modifications de l'OST ont également pour conséquence des adaptations de l'ordonnance sur l'indication des prix (OIP). Ainsi lorsqu'un client conclut un abonnement pour des services à valeur ajoutée qui lui seront transmis par SMS ou MMS, il doit recevoir toutes les informations relatives à l'abonnement sur son téléphone mobile et doit confirmer depuis cet appareil qu'il accepte l'offre. Il ne sera ainsi plus possible de conclure un tel abonnement sur l'internet par exemple (art. 11b, al. 1 et 2, OIP). A partir du 1er juillet 2010, le code de désactivation du service devra en outre être communiqué lors de chaque SMS ou MMS reçu (cf. art. 11b, al. 3, OIP). Enfin, l'indication des prix pour les numéros 090x devra mentionner qu'elle vaut pour les appels à partir du réseau fixe (cf. art. 11a, al. 1, et 13a, al. 3, OIP).

 

 

Emplacements des cabines téléphoniques

Dans le domaine du service universel, les communes pourront dorénavant renoncer à leur droit d'avoir au moins une cabine téléphonique sur leur territoire (art. 20, al. 1, OST). La Commission de la communication (ComCom) consulte les communes lorsqu'elle désigne les emplacements des postes téléphoniques publics.

 

  

Nouvelle affectation des gains réalisés par SWITCH

Les excédents de gain réalisés par SWITCH dans ses activités d'attribution et de gestion des noms de domaine internet pourront à l'avenir également être affectés au financement de tâches ou de projets d'intérêt public dans le cadre de la gestion du système des noms de domaine (art. 14cter de l'ordonnance sur les ressources d'adressage, ORAT). Une partie de l'excédent pourra être utilisée pour financer, par exemple, des tâches ou projets au niveau international en matière de noms de domaine (DNS), notamment en faveur de pays en voie de développement.

Par ailleurs, SWITCH pourra bloquer un nom de domaine lorsqu'un service de lutte contre la cybercriminalité reconnu par l'OFCOM soupçonne qu'il est utilisé pour accéder par des méthodes illicites à des données sensibles ("hameçonnage" ou "phishing") ou pour diffuser des logiciels malveillants (art. 14fbis ORAT). La fondation SWITCH est chargée par l'OFCOM d'enregistrer les noms de domaine ".ch" depuis 2003 sur la base de l'ordonnance du Conseil fédéral sur les ressources d'adressage dans le domaine des télécommunications (RS 784.104).

 

 

Fichiers joints:

 

 


 

 

 

 

 

 

 

C'est Facebook qui ne va pas être content, puisque il y a beaucoup "d'applications" qui fonctionnent selon cette "astuce" (pour être poli...)... Dommage que la mise en place ne se fasse que le 1er juillet... Comme je l'ai déjà mentionné, dans ces "applications", actuellement, on peut mettre le numéro d'un téléphone mobile de n'importe qui, pas forcément le sien ....

 

Abonnements par SMS et services à valeur ajoutée

Les modifications de l'OST ont également pour conséquence des adaptations de l'ordonnance sur l'indication des prix (OIP). Ainsi lorsqu'un client conclut un abonnement pour des services à valeur ajoutée qui lui seront transmis par SMS ou MMS, il doit recevoir toutes les informations relatives à l'abonnement sur son téléphone mobile et doit confirmer depuis cet appareil qu'il accepte l'offre. Il ne sera ainsi plus possible de conclure un tel abonnement sur l'internet par exemple (art. 11b, al. 1 et 2, OIP). A partir du 1er juillet 2010, le code de désactivation du service devra en outre être communiqué lors de chaque SMS ou MMS reçu (cf. art. 11b, al. 3, OIP). Enfin, l'indication des prix pour les numéros 090x devra mentionner qu'elle vaut pour les appels à partir du réseau fixe (cf. art. 11a, al. 1, et 13a, al. 3, OIP).
 

 

 

14:12 Publié dans Téléphonie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : internet, sms, sms surtaxés, natels, facebook | | | | | Pin it! | |  Facebook

16/05/2009

Victimes de SMS surtaxés: que faire ? Il y aurait bien une solution... un peu radicale...

Le 7 avril, Kassensturz a évoqué le problème des SMS surtaxés que l'on pouvait recevoir suite à une inscription sur une application soi-disant envoyée par un ami sur Facebook.

J'ai hésité  à soulever le problème de ce côté-ci de la Sarine (c'est pas sur ABE qu'il faut compter pour traiter le sujet, mais ça c'est une autre histoire...) mais suite à l'article lémanocompatible de ce jour dans le 24 Heures et la TG:

Victimes de SMS surtaxés

et

Ces usagers victimes de SMS surtaxés qu’ils ne voulaient pas

je réagis en proposant une solution un peu radicale...

Dans cet article, il y a ce passage qui me fait tiquer:

«Mais en laissant son numéro de natel sur internet, on conclut parfois un abonnement à un service de SMS commerciaux sans s’en rendre compte faute d’avoir lu les mentions en petits caractères, met en garde Caroline Sauser, porte-parole de l’Office fédéral de la communication (OFCOM). Les premiers SMS reçus donnent, en principe, des informations sur les tarifs et sur les modalités de désabonnement.»

C'est là que j'en reviens au reportage de Kassensturz, puisque rien ne nous oblige à mettre notre propre numéro de portable...

Si j'ai une dent contre quelqu'un, je pourrais très bien, pour me venger, inscrire le numéro de portable de cette personne sur une des nombreuses applications, jeu ou concours que l'on trouve maintenant sur Facebook ou sur d'autres sites qui les fournissent (google est ton ennemi...).

À première vue, rien n'est prévu pour rendre cette façon de faire illégale malgré le fait qu'on lise ceci:

«Chaque mois plusieurs centaines de personnes nous contactent pour se plaindre car ces SMS surtaxés figurent sur les factures que nous leur envoyons.»

Alors je me demande quelle serait la réaction de Moritz L. ou Pascal C. si ils étaient, eux ou n'importe quel autre Conseiller(ère) Fédéral(e), National ou aux Etats, bombardés de SMS surtaxés puisque, si on a la chance de connaitre leurs numéros privés, on peut simplement les y inscrire comme mentionné ci-dessus...

Je suis sûr qu'ensuite la loi serait rapidement modifiée si eux étaient bombardés de SMS surtaxés...

Les envois de SMS surtaxés, commandés sur internet, doivent être illégaux.

Seul, l'envoi de SMS commandés depuis un téléphone portable et envoyés sur ce même téléphone portable devrait être possible.

Mais là, autant attendre que les poules aient des dents... Et comme en plus, les opérateurs encaissent un pourcentage ...

 

21:59 Publié dans Téléphonie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sms, sms surtaxés, loi | | | | | Pin it! | |  Facebook