07/02/2012

Migros et ses augmentations du sucre et du lait: la réponse des paysans romands

Comme je l'avais annoncé la semaine dernière, Migros a augmenté le 1er février le prix du sucre et du lait avec des arguments douteux:


Migros annonce ce lundi (Migros Magazine n°5, page 29) une augmentation des prix du sucre, du lait et du beurre.

Pour le lait et certains produits laitiers, c'est suite à la décision de l'interprofession du lait, dont Migros et ELSA en font partie, de payer le kilo de lait 2 centimes de plus à partir du 1er février 2012, hausse qui sera répercutée sur le prix de vente.

Exemple: le litre de lait Valflora HP passera de 1.10 à à 1.15 fr. ...

Raisonnement de béotien: donc Migros se mettra entre 1 et 3 centimes dans la poche par litre de lait (Migros paye le producteur au kilo...)...

Concernant le sucre, l'explication est un peu plus douteuse:

"Du fait de mauvaises récoltes et d'une diminution des stocks, le prix du sucre augmente. Les produits  vendus à la Migros se composent avant tout de sucre suisse pour lequel le distributeur ainsi que ses entreprises industrielles doivent payer davantage. Cette hausse contraint Migros à augmenter le prix de ses articles contenant du sucre. Sont concernés les biscuits, bonbons, confitures, produits laitiers, boissons sucrées, sirops ainsi que, naturellement, le sucre dès le 1er février."

Le kilo de sucre cristallisé passera de 1.15 à 1.25 fr. ...

Alors là, faudra m'expliquer cette phrase:

"Du fait de mauvaises récoltes et d'une diminution des stocks..." en sachant que la récolte 2011 a été une année record (lire ici ):

1.85 million de tonne ont été récoltée soit une hausse de 20% en comparaison de la moyenne des cinq dernières années.

Il y a aussi ce rapport :

Campagne 2011

Rapport sur la transformation des betteraves dans les sucreries

d’Aarberg et de Frauenfeld

15ème semaine: 21.12.11 jusqu’ à la fin de la campagne 2011


Après exactement 98  jours d’activité, les machines se sont tues  le 27 décembre à la  sucrerie d’Aarberg. Depuis le 21 septembre, date du début de la campagne, ce sont près de 928'000 t de betteraves avec 18 % de teneur moyenne en sucre qui ont été traitées. A la fabrique de Frauenfeld, l’activité s’est légèrement prolongée et a pris fin le 29 décembre après 103 jours. En incluant les betteraves bio, le volume transformé atteint 926'000 tonnes pour une teneur moyenne en  sucre de 17.7 %.

Sous plusieurs aspects, 2011 aura été une campagne spéciale, caractérisée par un rendement élevé de betteraves d’excellente qualité. Dans l’ensemble, 1.85 million de tonne ont été récoltées, ce qui correspond à un rendement moyen de 92 t/ha. Les conditions météorologiques ont été particulièrement favorables en ce qui concerne la récolte, la livraison et la transformation des betteraves.

Pour les deux fabriques, le stockage des importantes quantités de sucre et la valorisation des pulpes ont représenté un réel défi.

Ainsi s’achève une excellente année sucrière. Les sucreries adressent leurs remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à son bon déroulement et prennent définitivement congé de leurs lecteurs tout en leur adressant leurs meilleurs vœux pour une excellente nouvelle année.

Aarberg, 30.12.2010/bs

Donc Migros nous prend vraiment pour des...


Voici la réponse d l'AgorA, l'association des groupements et associations romands de l'agriculture:




Hausse du prix du sucre : Migros trompe les consommateurs


Hausse du prix du lait et du beurre : Migros vole les consommateurs 


AGORA - Lausanne, 1 er  février 2012.

 –  Dans son édition de lundi dernier, Migros Magazine annonce une hausse du prix du sucre, du lait et de certains produits laitiers dès le 1 er  février.  Les arguments du grand distributeur sont infondés, voire mensongers. AGORA réagit et conteste les pratiques de Migros, car elles mettent directement en cause l’agriculture et les exploitants. 

Pour justifier la hausse du prix du sucre (et de produits dérivés comme biscuits, bonbons, confitures,
boissons sucrées, sirops,…), Migros évoque d’une part de mauvaises récoltes et une baisse des stocks,
expliquant d’autre part qu’elle se fournit principalement en sucre suisse, « …pour lequel le
distributeur ainsi que ses entreprises industrielles doivent payer davantage ».

En Suisse, la récolte de betteraves 2011 a été une année record avec 1.85 million de tonnes, soit une
hausse de 20% en comparaison à la moyenne des cinq dernières années. Les sucreries d’Aarberg et de
Frauenfeld le confirment : « 2011 aura été caractérisée par un rendement élevé de betteraves
d’excellente qualité ».

Du fait de la libéralisation des marchés, le sucre suisse est arrimé au marché international. Migros a pris dernièrement des options d’achat à des prix élevés, cherchant à s’abriter d’une hausse du cours du sucre – qui ne s’est finalement pas concrétisée. Il faut donc bien que le grand distributeur trouve des arguments et des boucs émissaires  pour attraper son opération spéculative ratée. Le prix de la betterave sucrière suisse a été quasiment divisé par trois ces six dernières années. À double titre, il est ainsi faux de prétendre que le sucre suisse coûte plus cher.

L’interprofession du lait (IP-Lait, dont Migros et ELSA font partie) a décidé d’augmenter le prix
indicatif du kilo de lait de 2 centimes à partir du 1 er  février. Le distributeur répercute cette hausse sans
attendre, alors qu’il y a deux mois, lorsque le prix indicatif du lait a baissé de 4 centimes, Migros n’a
pas claironné de baisse de prix consécutive sur ses produits laitiers. Dès aujourd’hui, Migros n’hésite
donc pas à faire passer les consommateurs à la caisse, gonflant le prix de son litre de lait Valflora HP
de CHF 1.10 à CHF 1.15 – ou comment procéder à la multiplication des centimes du lait.

Dans ces hausses de prix, AGORA voit une manœuvre politique populiste qui affecte sournoisement l’image des métiers de la terre. L’an dernier, les ventes de Migros (CHF 21.045 mia au total) ont régressé de CHF 155 mio, soit 0.7%, alors que la fréquentation des magasins a augmenté. Migros a par ailleurs concédé une baisse moyenne de ses prix de 3.9% pour contenir les offensives des harddiscounters allemands. C’est davantage de ce côté qu’il faut aller chercher la réelle justification de ces
hausses de prix. C’est évidemment plus simple pour Migros de faire porter le chapeau à l’agriculture
suisse.

Renseignements : Walter Willener, Directeur AGORA, 079 689 31 06

 

Bon à savoir a contacté Migros. La réponse est à lire ici .

En allemand, il y a l'article des Schweizer Bauer à lire ici et cet article du Blick à lire ...



 

07:59 Publié dans Conso | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : migros, augmentation, sucre, lait, beurre, betterave, agora, paysans | | | | | Pin it! | |  Facebook

31/01/2012

Migros augmente le lait, le beurre et le sucre (malgré une récolte record???)...

Migros annonce ce lundi (Migros Magazine n°5, page 29) une augmentation des prix du sucre, du lait et du beurre.

Pour le lait et certains produits laitiers, c'est suite à la décision de l'interprofession du lait, dont Migros et ELSA en font partie, de payer le kilo de lait 2 centimes de plus à partir du 1er février 2012, hausse qui sera répercutée sur les produits.

Exemple: le litre de lait Valflora HP passera de 1.10 à à 1.15 fr. ...

Raisonnement de béotien: donc Migros se mettra entre 1 et 3 centimes dans la poche par litre de lait (Migros paye le producteur au kilo...)...

Concernant le sucre, l'explication est un peu plus douteuse:

"Du fait de mauvaises récoltes et d'une diminution des stocks, le prix du sucre augmente. Les produits  vendus à la Migros se composent avant tout de sucre suisse pour lequel le distributeur ainsi que ses entreprises industrielles doivent payer davantage. Cette hausse contraint Migros à augmenter le prix de ses articles contenant du sucre. Sont concernés les biscuits, bonbons, confitures, produits laitiers, boissons sucrées, sirops ainsi que, naturellement, le sucre dès le 1er février."

Le kilo de sucre cristallisé passera de 1.15 à 1.25 fr. ...

Alors là, faudra m'expliquer cette phrase:

"Du fait de mauvaises récoltes et d'une diminution des stocks..." en sachant que la récolte 2011 a été une année record (lire ici ):

1.85 million de tonne ont été récoltée soit une hausse de 20% en comparaison de la moyenne des cinq dernières années.

Il y a aussi ce rapport :

Campagne 2011

Rapport sur la transformation des betteraves dans les sucreries

d’Aarberg et de Frauenfeld

15ème semaine: 21.12.11 jusqu’ à la fin de la campagne 2011


Après exactement 98  jours d’activité, les machines se sont tues  le 27 décembre à la  sucrerie d’Aarberg. Depuis le 21 septembre, date du début de la campagne, ce sont près de 928'000 t de betteraves avec 18 % de teneur moyenne en sucre qui ont été traitées. A la fabrique de Frauenfeld, l’activité s’est légèrement prolongée et a pris fin le 29 décembre après 103 jours. En incluant les betteraves bio, le volume transformé atteint 926'000 tonnes pour une teneur moyenne en  sucre de 17.7 %.

Sous plusieurs aspects, 2011 aura été une campagne spéciale, caractérisée par un rendement élevé de betteraves d’excellente qualité. Dans l’ensemble, 1.85 million de tonne ont été récoltées, ce qui correspond à un rendement moyen de 92 t/ha. Les conditions météorologiques ont été particulièrement favorables en ce qui concerne la récolte, la livraison et la transformation des betteraves.

Pour les deux fabriques, le stockage des importantes quantités de sucre et la valorisation des pulpes ont représenté un réel défi.

Ainsi s’achève une excellente année sucrière. Les sucreries adressent leurs remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à son bon déroulement et prennent définitivement congé de leurs lecteurs tout en leur adressant leurs meilleurs vœux pour une excellente nouvelle année.

Aarberg, 30.12.2010/bs

Donc Migros nous prend vraiment pour des...

 

 

Les zappings:



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

03:03 Publié dans Beurre, Conso, Guignols, Zapping | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : migros, augmentation, sucre, lait, beurre, betterave | | | | | Pin it! | |  Facebook

26/07/2009

Que prend la génération 50+ pour le goûter?

Liebefeld (BE), 24.07.2009 - Plus de 250 personnes âgées de 50 ans et plus ont répondu à une enquête de la station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux ALP qui avait pour but de déterminer leurs habitudes en matière d'achat et d'alimentation. Centre de compétence dans le domaine laitier, ALP a cherché à en savoir plus sur la consommation de lait et de produits laitiers, en particulier lors des en-cas.

Depuis toujours, les denrées alimentaires d'origine animale font partie d'une alimentation saine et équilibrée. Parmi elles, le lait et les produits laitiers occupent une place importante dans la pyramide alimentaire. La station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux ALP cherche à connaître leurs effets sur la santé des consommatrices et des consommateurs. C'est cependant la première fois qu'ALP a réalisé une enquête sur des habitudes de consommation. Objectif: disposer de données pour pouvoir développer des produits appétissants correspondant aux exigences nutritionnelles des personnes à partir de 50 ans, lesquelles ont des besoins spécifiques.

Segment de population en croissance
Le marketing a tendance à cibler les consommatrices et les consommateurs de plus de 50 ans, étant donné que ce segment de population est en croissance. De plus, en Suisse, l'espérance de vie à partir de 65 ans est en augmentation depuis le milieu du 20e siècle. C'est pourquoi, ALP s'est concentrée sur la tranche d'âge des plus de 50 ans en cherchant à apprendre, en particulier, quel type d'en-cas était apprécié. Quelque 700 questionnaires ont été envoyés; 253 personnes y ont répondu (50-59 ans: 45%; 60-69 ans 35%; 70-79 ans: 20%; 54% de femmes et 46% d'hommes; 77% de Suisses alémaniques, 20% de Suisses romands et de Suisses romandes ainsi que 3% d'étrangères et d'étrangers).

Fraîcheur et goût
La fraîcheur, le goût, le fait que le produit soit de saison, la santé et la durée de conservation sont les critères d'achats principaux retenus par la majorité des personnes interrogées. En outre, ces consommatrices et ces consommateurs préfèrent les produits qu'ils connaissent déjà: 60,5% achètent seulement parfois de nouveaux produits (19,8%: souvent).

Yogourt nature
Un tiers des participants consomme régulièrement des en-cas, la plupart le matin ainsi que l'après-midi (30-35%) et après le repas du soir (un peu moins de 20%). Les aspects décisifs lors du choix sont le goût, la santé et le nombre de calories. Dans l'ordre de préférence se trouvent les fruits, le lait et les produits laitiers, les spécialités de boulangerie ainsi que les snacks sucrés.

Parmi les produits laitiers, le fromage, le yogourt et le lait tiennent le haut du panier des en-cas les plus fréquemment consommés. Le lait est consommé de préférence nature (environ 80% des cas), suivi par les arômes chocolat, café et banane. Le yogourt est également préféré nature puis aromatisé au café, à la myrtille, aux baies des bois et à la vanille. Toutefois, plus de la moitié des personnes interrogées trouve le yogourt aromatisé vendu sur le marché trop sucré.

Prévenir l'ostéoporose
Il est recommandé de consommer trois portions de lait ou de produits laitiers par jour (1 portion = 2 dl de lait ou 150 - 180 g de yogourt ou 200 g de séré/fromage blanc ou encore 30 - 60 g de fromage). Or, 71% des participantes et des participants admettent ne consommer un produit laitier qu'une à deux fois par jour.

L'étude réalisée par la station de recherche Agroscope Liebefeld-Posieux ALP a permis de mieux cerner les goûts en matière de consommation des personnes âgées de 50 ans et plus. Développer un nouveau produit laitier qui leur convienne pourrait contribuer à diminuer les risques d'ostéoporose par le biais d'un apport en calcium supplémentaire.

Encadré
Âge et santé
Les rides ne sont pas le seul changement qui intervient avec l'âge. Avec les années, le corps subit des modifications ayant des incidences sur la santé. En général, la masse musculaire se réduit et la masse graisseuse a tendance à augmenter. La densité osseuse s'amoindrit, ce qui provoque une augmentation du risque de fracture. L'ostéoporose, maladie caractérisée par un changement de la structure osseuse, guette les seniors.

Organes des sens touchés
Le vieillissement touche également les organes des sens avec notamment une perte de goût et d'odorat. Des sécheresses de la bouche, des difficultés dans la mastication, ainsi que des problèmes de dentition peuvent entraîner des difficultés dans la prise d'aliment. Ces phénomènes, surtout les troubles des organes des sens, se font sentir déjà avant 50 ans, mais sont plus marqués à partir de 75 ans.

Moins de calories, plus de nutriments
Du point de vue nutritionnel, les seniors ont besoin d'un apport énergétique moindre, mais supérieur en micro et macronutriments (par exemple, protéines, minéraux ou oligoéléments). Grâce à leurs teneurs en protéines, en vitamines A, B12, B2, D et en calcium notamment, le lait et les produits laitiers sont intéressants pour la santé des seniors. Le calcium provenant de ces denrées alimentaires exerce une influence positive, par exemple, sur la masse osseuse, alors que le lactose et la vitamine D améliorent l'absorption du calcium. En résumé, une alimentation équilibrée est très importante pour la santé et le bien-être des personnes âgées.

Plus de 90% des personnes interrogées ont déclaré ne pas suivre de régime particulier. Le tableau montre quels critères sont observés pour le choix de l'alimentation (boisson et nourriture). (pdf, 13kb)

Plus de la moitié des personnes interrogées trouve le yogourt aromatisé vendu sur le marché trop sucré. (jpg, 2610kb)

http://www.news.admin.ch/message/?lang=fr&msg-id=28234

02:08 Publié dans Conso | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lait, ostéoporose, yogourt, âge | | | | | Pin it! | |  Facebook

26/03/2009

Pourquoi ne trouve-t-on pas de fromage de cochon ? Voici la réponse...

A la question posée le 24 mars:

 Paul Apadbol est un amateur de fromages et adore voyager. Au cours de ces pérégrinations, il aime bien déguster des fromages locaux de toutes provenances: chèvres, brebis, vaches, buffle, etc... Mais il s'est toujours demandé pourquoi il n'a pas trouvé de fromage de porc (ou de truie plus précisément )...


Pour des raisons d'hygiène ?

La quantité n'est pas suffisante (lait, truie) ?

Difficulté de la traite (il n'existe pas de machine) ?

La composition du lait incompatible pour faire du fromage. ?

Incompatibilité de religion ?

Question de gout ?

Autre raison ?


 

 Voici la réponse:

L'hygiène du porc: contrairement à ce que beaucoup croient, le cochon est un animal très propre,

donc on passe à la quantité:
ce n'est pas un argument à proprement parler: une vache de 500kg donne une moyenne de 20-25 l de lait par jour, la truie , avec ces 150-200 kg, produit jusqu'à 12 l par jour.
Mais contrairement au veau qui peut rapidement être nourri avec du lait de substitution et le lait de sa mère vendu, le porcelet quand il ne téte plus, après 3 à 4 semaines, la production de lait de sa mère descend à 0 en quelques heures seulement.


Si l'homme avait pensé utiliser ce lait, il se serait trouvé devant un autre problème: le porcelet ne peut survivre sans le lait maternel (d'origine): à sa naissance, il n'a pas de système immunitaire qu'il va développer en le trouvant , y compris les protéines, dans le lait de sa mère. Si il est séparé de sa mère avant, pour commercialiser le lait, ses chances de survie sont moindre ce qui réduirait forcément le cheptel. De plus la mère ne produit pas le lait en continu, elle fait des pauses tout les 50ml , ce qui compliquerait la traite.


Ceci pourrait être la raison pourquoi il n'y a pas de fromage.


Mais la raison principale du fait qu'il ne peut y avoir de fromage, est que le lait est peut-être riche en protéines (immunoglobuline pour son système immunitaire) mais pauvre d'une autre protéine indispensable : la caséine. Il n'y en a pas assez pour que le lait puisse être transformé en fromage.

16:35 Publié dans Enigmes | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : fromage, lait, cochon, truie | | | | | Pin it! | |  Facebook

24/03/2009

Pourquoi ne trouve-t-on pas de fromage de cochon ?

Ayant constaté dans les statistiques du blog un accroissement des recherches sur "fromage de cochon", j'ai resorti cette énigme vieille de presque 2 ans....

Inutile de chercher sur la toile, je suis le seul à avoir posé cette question...

Paul Apadbol est un amateur de fromages et adore voyager. Au cours de ces pérégrinations, il aime bien déguster des fromages locaux de toutes provenances: chèvres, brebis, vaches, buffle, etc... Mais il s'est toujours demandé pourquoi il n'a pas trouvé de fromage de porc (ou de truie plus précisément )...


Pour des raisons d'hygiène ?

La quantité n'est pas suffisante (lait, truie) ?

Difficulté de la traite (il n'existe pas de machine) ?

La composition du lait incompatible pour faire du fromage. ?

Incompatibilité de religion ?

Question de gout ?

Autre raison ?

11:26 Publié dans Enigmes | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : fromage, lait, cochon, truie | | | | | Pin it! | |  Facebook

21/12/2008

Que faut-il faire pour éliminer le lait brulé ?

Que faut-il faire pour éliminer le lait brulé ?

Nicole Apadbol doit faire une crème vanille.
Elle prend une casserole, y verse du lait, la pose sur sa cuisinière vitrocéramique et l'enclenche.
Le téléphone sonne, Nicole répond, cause, discute, papotte.... pendant ce temps, le lait déborde et commence à bruler sur la plaque.

Que doit faire Nicole (oui, je sais, après avoir raccroché Wink ) pour enlever ce lait brulé sans trop d'effort Question

Poser dessus des épinards entiers chauds Question


Poser dessus un mélange de talc et de vinaigre Question


Poser dessus des morceaux de rhubarbe chaud  Question

Comme toujours, on évite de chercher sur la toile Wink


P.S.: concernant l'absence de ^ sur le u de bruler, j'applique la nouvelle règle sur les accents circonflexes sur les lettres i et u Wink

05:53 Publié dans Questions à choix multiples | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : énigme, choix, lait | | | | | Pin it! | |  Facebook