28/05/2008

Migros et ses 302 produits meilleur marché: la suite

Suite à ma note de mardi dernier, Migros se lance dans la publicité mensongère ? , l'émission de la Première On en parle a approfondi le sujet:

2129764106.jpg

 

Migros affirme que 302 de ses produits sont les moins chers de Suisse. Vraiment?

Zoom sur la dernière campagne de publicité de Migros qui semble être à la limite de la publicité mensongère….

"302 produits qu’on ne trouve nulle part ailleurs à meilleur marché". C'est ce qu'affirme Migros à grand renfort d'affiches publicitaires dans toute la Suisse. Or, un auditeur a fait un comparatif de prix: ce n’est pas vrai. Plusieurs de ces produits sont meilleurs marché chez le discounter Aldi. Publicité mensongère ou simple "exagération publicitaire"?

Le point avec Alfred Haas, membre du comité de la fédération romande de publicité.

écouter

Lire le son au format RealPlayer

> télécharger la chronique

 

 

Alfred Haas, membre du comité de la fédération romande de publicité pense plus à une publicité exagérée qu'à une publicité mensongère.
Monsieur Vibourel, directeur de Migros Genève estime qu'il n'y a pas d'erreur et ne parle que des prix qui finissent en 9 cts et qui, donc par la force des choses de la réalité pratique, n'existent pas mais ne mentionne pas le prix (et il y en a peut-être d'autres) du jus d'orange qui est tout de même 5 cts moins cher, qui est d'ailleurs aussi vendu moins cher chez Manor et à la Coop.
 
Voici le prix du litre de jus d'orange (100%, à base de concentré):

Aldi:         -.90 fr. (1.35 fr. la brique de 1,5 l).

Coop:       -.90 fr. (1.80 fr. la brique de 2 l Prix Garantie).

Manor:     -.90 fr.  (1.35 fr. la brique de 1,5 l).

Migros:     -.95 fr. (1.90 fr.  la brique de 2 l M-Budget).
 
Donc, si j'en crois M.Vibourel, l'essence vendue par Migrol n'existe pas non plus, puisque le litre est vendu au centime près, et en plus l'arrondi se fait dans les deux sens...
 
A noter qu'ABE va aborder le sujet:
 
 Mardi 3 juin
Les grands distibuteurs et autres hard discounter se livrent une guerre des prix. De Coop, Migros, Aldi et consorts, qui peut réellement prétendre être le plus avantageux? ABE a comparé 500 produits, en fonction de leur prix mais aussi de leur qualité.

10:15 Publié dans Conso | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : migros | | | | | Pin it! | |  Facebook

20/05/2008

Migros se lance dans la publicité mensongère ?

Les lecteurs du journal Migros Magazine l'auront probablement remarqué, de plus un communiqué de presse a été diffusé..., une double-page détachable au début du journal propose la liste de 302 produits M-Budget avec ce titre:

302 produits qu'on ne trouve nulle part ailleurs à meilleur marché.
Afin de toujours garantir à nos clients les meilleures offres, nous commercialisons les produits M-Budget représentés aux prix les plus bas du marché. Café, spaghettis ou poêle: Migros vous propose plus de 300 articles à usage quotidien à des prix tout aussi avantageux que chez les harddiscounters. ...

Soit.

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, j'ai ouvert récemment le blog 

Aldi, Coop, Denner, Migros et Cie..., le comparatif du caddie romand...

et je peux affirmer que Migros n'est pas le meilleur marché face aux harddiscounters pourquoi écrire harddiscounters au pluriel, Lidl n'a pas encore ouvert de magasins... et Denner n'est meilleur marché que sur des produits qui ne sont pas sur la liste) en l'occurence ALDI:

Il est vrai que la différence est toujours minime, entre 1 et 5 cts, mais Aldi est meilleur marché pour certains produits Et encore, je n'ai que commencé ce comparatif qu'avec les produits alimentaire...

Je tiens à préciser qu'Aldi arrondi aux 5 cts inférieurs sur le ticket de caisse.

Donc voici les quelques articles que j'ai repèré qui sont moins cher chez Aldi:

la farine ménagère (qui contient 85% de farine fleur et 15% d'amidon de froment) annoncée chez Migros à 1.- fr. est à -.99 fr. (100% farine fleur) chez Aldi.

Les 10 oeufs importés à 2.50 fr. le sont à 2.45 fr. chez Aldi.

Les bananes à 1.70 fr. (si c'est des M-Budget, elles ne sont pas disponibles dans tous les magasins...) le sont à 1.69 le kilo.

Le poulet entier à 7.55 fr. est vendu 7.54 fr. le kilo (mais vendu à la pièce de 1,2 kg à 8.29 fr. = 7.54 le kg).

L'huile végétale (en fait du colza) à 3.- fr. est à 2.99 fr. (vendue sous le nom de colza).

Les bouteilles d'eau minérales gazeuses ou naturelles à .-30 fr. le sont à -.29 fr.

Le jus d'orange à -.95 fr. le litre (vendu en 2l à 1.90) est  à -.90 fr. (vendu en 1,5l à 1.35).

Voilà pour les prix que j'ai relevé.

Donc affirmer  que

302 produits qu'on ne trouve nulle part ailleurs à meilleur marché.  

est de la publicité mensongère. 

 

Migros moins cher?

Détail affiche Migros mai 2008

Détail affiche Migros mai 2008

Migros affirme que 302 de ses produits sont les moins chers de Suisse. Vraiment?

Zoom sur la dernière campagne de publicité de Migros qui semble être à la limite de la publicité mensongère….

"302 produits qu’on ne trouve nulle part ailleurs à meilleur marché". C'est ce qu'affirme Migros à grand renfort d'affiches publicitaires dans toute la Suisse. Or, un auditeur a fait un comparatif de prix: ce n’est pas vrai. Plusieurs de ces produits sont meilleurs marché chez le discounter Aldi. Publicité mensongère ou simple "exagération publicitaire"?

Le point avec Alfred Haas, membre du comité de la fédération romande de publicité.

10:35 Publié dans Conso | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : migros, m-budget, aldi, lidl | | | | | Pin it! | |  Facebook

11/08/2007

Les poivrons vendus en Suisse ont-ils trop de pesticides ? On pourrait le croire après 2 tests, dont un genevois...

Poivrons

Suite à un test fait par les chimistes du Lande de Bade-Würtemberg, en Allemage (du sud), 93% des poivrons analysés étaient chargés en pesticidesou insecticides.

Pour un tiers, la limite était dépassée en insecticides d'"anciennes générations" :

"Methomyl" ou "Oxamyl"

Tous ces poivrons venaient soit de Turquie ou d'Espagne.

Mais à première vue, rien n'a changer depuis le début de l'année:

Poivrons espagnols : des pesticides en pagaille

Début janvier, une alerte européenne a été lancée sur les poivrons espagnols. Des résidus de l'insecticide isofenphos-méthyle, non autorisr en Europe, a été retrouvé lors de contrôles en Allemagne et en Angleterre. Selon certaines sources, cet insecticide serait produit en Chine, puis importé et appliqué illégalement en Espagne, et ceci sans aucune évaluation toxicologique.
L'isofenphos-méthyle appartient au groupe chimique des esters d'acide phosphoriques qui sont neurotoxiques (atteinte du système nerveux central). Des données toxicologiques relatives à une substance apparentée (ayant une structure chimique très similaire) ont conduit à fixer une dose journalière admissible à la valeur très basse de 0.001 mg/kg. Cet insecticide pourrait donc être très toxique pour l'homme. Des risques pour la santé ne sont pas exclus en cas d'ingestion de denrées fortement contaminées.

S'il n'y a pas de seuil de tolérance en Europe (intervention dès que des traces d'isofenphos-méthyle sont retrouvées), l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a fixé une valeur limite à 0.01 mg/kg pour les poivrons espagnols.

Les nouvelles technologies et la stratégie analytique développés au SPCo permettent maintenant de réagir très rapidement face à ce genre de crise. Deux à trois semaines après les premières annonces, soit fin janvier, le SPCo était capable de rechercher et contrôler la présence de cette nouvelle substance dans les poivrons importés en Suisse.

Afin d'avoir un contrôle réellement efficace sur toute la Suisse romande, nous avons proposé à tous nos collègues romands de se joindre à notre campagne. Tous les cantons ont accepté et une semaine plus tard, le SPCo recevait déjà leurs prélèvements. Au total, 83 échantillons de poivrons importés d'Espagne ont été analysés par notre laboratoire.

Les analyses ont été effectuées en réalisant une recherche à large spectre portant sur près de 300 pesticides habituellement analysés incluant une recherche spécifique simultanée de l'isofenphos-méthyle.

Résultats obtenus pour le contrôle des poivrons d'Espagne au mois de Février 2007 :

Poivrons espagnols Analysés Sans résidus Avec résidus non conformes
Genève 27 0 22 5
Vaud 20 0 14 6
Neuchâtel 8 0 8 0
Jura 8 1 6 1
Fribourg 14 0 10 4
Valais 6 0 5 1
TOTAL 83 1 (1%) 65 (78%) 17 (21%)

Sur l'ensemble des échantillons analysés, 17 (soit 21%) ont présenté une non-conformité en dépassant les valeurs de tolérance fixées. L'isofenphos-méthyle a été retrouvé dans 9 (11%) échantillons, dont 7 (8%) poivrons avec des teneurs dépassant la valeur de tolérance fixée à 0.01 mg/kg par l'OFSP. Trois autres substances actives ont également été mises en cause pour non-conformité avec des dépassements de norme : le methiocarb (insecticide) pour 9 (11%) échantillons, l'imidacloprid (insecticide) pour un poivron et le biphényle (fongicide) dans un prélèvement chacun.

La campagne menée a permis de mettre en évidence que non seulement l'isofenphos-méthyle, mais également le methiocarb, sont des pesticides qui posent problèmes dans les poivrons avec des dépassements des valeurs légales beaucoup trop fréquents.

Vu le taux de non conformité élevé observé, le SPCo s'engage à poursuivre la surveillance des poivrons cette année et l'année prochaine.

Service de protection de la consommation, mars 2007.

Belastete Paprika aus Türkei und Spanien

Erhöhte Pestizitwerte festgestellt

 

Beim Einkauf von Paprika sollte man zur Zeit vorsichtig sein und auf das Herkunftsland achten. Untersuchungen der baden-württembergischen Lebensmittelüberwachung haben erhöhte Pestizidbelastungen bei Paprika aus der Türkei und Spanien ergeben.

Im Test waren 93 Prozent der im deutschen Handel erhältlichen Ware belastet. Bei knapp einem Drittel wurden die zulässigen Höchstgrenzen überschritten. Zumeist wurden Insektizide der älteren Generation "Methomyl" oder "Oxamyl" nachgewiesen. Das baden-württembergische Ministerium für Ernährund fordert, dass der Handel verstärkt Eigenkontrollen durchführen müsse.

Die Lebensmittelwirtschaft müsse zudem gewährleisten, dass die Schutzvorschriften eingehalten werden. Verstöße dagegen könnten zur Zahlung von Bußgeldern führen. In schweren Fällen drohe die Erstattung einer Strafanzeige bei der Staatsanwaltschaft.

En plus complet:

Erneut türkischer und spanischer Paprika mit Pflanzenschutzmittel belastet

Händler werden zu verstärkten Eigenkontrollen aufgefordert

24.07.2007 Die baden-württembergische Lebensmittelüberwachung hat im Rahmen eines risikoorientierten Untersuchungsprogramms erneut Probleme mit Höchstmengenüberschreitungen von Pflanzenschutzmitteln bei Paprika festgestellt. Dies teilte das baden-württembergische Ministerium für Ernährung und Ländlichen Raum am Dienstag (24. Juli) in Stuttgart mit.

Bei einer Probenserie von 110 untersuchten Paprikas wurden in insgesamt 93 Prozent der untersuchten Proben Rückstände von Pflanzenschutzmittel nachgewiesen, eine Höchstmengenüberscheitung konnte bei 31 Prozent der untersuchten Paprikas festgestellt werden. Besonders auffällig waren auch bei dieser Untersuchung wieder Paprikas aus der Türkei, hier mussten zwei Drittel der Proben wegen Höchstmengenüberschreitungen beanstandet werden. Bei der untersuchten spanischen Ware lag ein Drittel über den zulässigen Höchstgehalten. Die Proben aus Israel, den Niederlanden, Marokko und Italien wiesen keine Höchstmengenüberschreitungen auf.

Häufiger wurden die Wirkstoffe "Methomyl" und/oder "Oxamyl" festgestellt. Hierbei handelt es sich um breitwirksame Insektizide der älteren Generation. Bei diesen Wirkstoffen wurden deutliche Ausschöpfungen der akuten Referenzdosis (ARfD) festgestellt. Die akute Referenzdosis eines Stoffes ist die aus wissenschaftlichen Quellen abgeleitete Menge eines Stoffes in Lebensmitteln, die über eine kurze Zeit (zum Beispiel eine Mahlzeit) aufgenommen werden kann, ohne dass Gesundheitsrisiken für die Verbraucher zu befürchten sind. Die akute Referenzdosis wird in Milligramm eines Stoffes je Kilogramm Körpergewicht und Tag angegeben und im Sinne des vorsorglichen Verbraucherschutzes auf das Gewicht eines durchschnittlichen Kleinkindes berechnet.

Bereits in der Vergangenheit wurden immer wieder zum Teil deutliche Überschreitungen der zulässigen Höchstmengen für Pflanzenschutzmittelrückstände in Gemüsepaprika aus bestimmten Herkunftsgebieten festgestellt. Deshalb besteht beispielsweise für türkischen Paprika seit Juli 2003 eine unbefristete nationale Vorführpflicht nach dem Lebensmittel- und Futtermittelgesetzbuch, das heißt diese Produkte sind zwingend der zuständigen Überwachungsbehörde vorzuführen, bevor sie verkauft werden können. Wie die Untersuchungen des Chemischen und Veterinäruntersuchungsamtes Stuttgart zeigen, werden diese nationalen Vorführpflichten jedoch häufig nicht eingehalten.

Die betroffenen Verbände des Handels und der Importeure werden zu verstärkten Eigenkontrollen im Rahmen ihrer Sorgfaltspflichten aufgefordert. Die Lebensmittelwirtschaft müsse durch geeignete Maßnahmen sicherstellen, dass die Vorschriften eingehalten werden. Die zuständigen Lebensmittelüberwachungsbehörden des Landes, die Landratsämter und die Bürgermeisterämter der Stadtkreise sind angewiesen, die höher belasteten Erzeugnisse verstärkt zu kontrollieren. Bei Verstößen können die Landratsämter Bußgelder verhängen und Auflagen zu verstärkter Eigenkontrolle verfügen. In schweren Fällen erfolgen Strafanzeigen bei der Staatsanwaltschaft.

Weiteren Informationen zu den beiden Themengebieten gibt es unter:

www.untersuchungsaemter-bw.de

http://www.mlr.baden-wuerttemberg.de/cgi/content.pl?ARTIKEL_ID=53971&suchtext=paprika

 

00:31 Publié dans Conso | Lien permanent | Commentaires (2) | | | | | Pin it! | |  Facebook