06/01/2009

Cablecom double la vitesse pour ceux qui le désirent

Doublez votre vitesse avec les nouvelles offres Internet de cablecom

Cablecom lance dès aujourd’hui deux nouvelles offres Internet: hispeed 2000 à 34 francs et hispeed 10000 à 49 francs. Leurs vitesses respectives en upload s’élève à 200 et à 1000 kilobit par seconde (Kbit/s). Ces nouveaux abonnements tirent très nettement vers le haut la bande passante des offres Internet intermédiaires. Les anciens abonnés peuvent immédiatement passer aux nouveaux produits s’ils le désirent.


Le besoin en vitesse supérieure sur Internet est en hausse permanente – pour naviguer, télécharger des films et des clips vidéo, mais aussi pour transférer des photos et des vidéos vers le réseau. Cablecom devient ainsi le premier fournisseur du marché suisse des télécommunications à répondre au souhait formulé par de nombreux internautes d’obtenir des bandes passantes très élevées pour les offres les plus prisées. Les nouvelles performances sont deux fois plus élevées que celles du principal concurrent, et ce, pour le même prix.

Dès maintenant, cablecom propose hispeed 2000 à une vitesse de 2000 Kbit/s pour la navigation et de 200 Kbit/s en upload. Cette offre s’adresse aux utilisateurs occasionnels d’Internet. La vitesse de téléchargement est cependant telle qu’il devient possible de regarder la télévision par la connexion Internet. Sur son portail Internet
www.hispeed.ch cablecom propose déjà 20 chaînes sur Live TV, gratuitement et sans publicité.

Pour les surfeurs assidus, cablecom lance un nouvel abonnement, hispeed 10000, avec une vitesse de navigation de 10000 Kbit/s et un débit d’upload de 1000 Kbit/s. Les anciens abonnements hispeed 1000, hispeed 5000 et hispeed 15000 ne sont plus offerts. Rien ne change pour les clients de ces abonnements. Tous les clients peuvent cependant passer immédiatement aux nouveaux produits s’ils le désirent.

Offres Internet disponibles dès maintenant


*En combinaison avec digital phone

Les offres jusqu'à hispeed 2000 permettent d'envoyer 26 sms par mois et les offres supérieures 40 par mois.

01:16 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : internet, haut débit | | | | | Pin it! | |  Facebook

19/11/2008

Cryptage des décodeurs de télévision numérique : vers une solution de compromis

Communiqué de presse de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national (CTT-N), 18.11.08

Cryptage des décodeurs de télévision numérique : vers une solution de compromis

La CTT-N a trouvé un compromis pour résoudre la question épineuse du cryptage des décodeurs de télévision numérique. Elle a adapté la motion du Conseil des États de manière à permettre aux consommateurs d’utiliser les appareils de réception de leur choix à des conditions raisonnables.

C’est la deuxième fois que la Commission des transports et des télécommunications du Conseil national (CTT-N) se penche sur la motion déposée le 22 juin 2007 par la conseillère aux États Simonetta Sommaruga. Le 20 mai 2008, après avoir entendu plusieurs représentants de la branche et différents experts, elle avait décidé – par 17 voix contre 8 – de proposer le rejet de la motion. À la session d’automne 2008, à l’issue d’une procédure plutôt inhabituelle, le Conseil national a toutefois décidé, par 173 voix contre 1, de renvoyer le dossier à la CTT-N afin qu’elle trouve un compromis en matière de cryptage de décodeurs.

C’est ainsi que la CTT-N a approuvé aujourd’hui, par 14 voix contre 8, une nouvelle version de la motion (voir ci-dessous). Celle-ci charge le Conseil fédéral d’édicter de nouvelles bases légales visant notamment, d’une part, à permettre aux consommateurs de choisir librement leurs décodeurs tout en ménageant les intérêts économiques légitimes des opérateurs et, d’autre part, à éviter autant que possible toute distorsion de la concurrence entre les différentes technologies, en particulier la télévision par Internet (Internet Protocol Television).

Le Conseil national devrait examiner cet objet à la session de printemps 2009 ; si la Chambre basse l’approuve, ce sera ensuite au Conseil des États de donner son feu vert, vraisemblablement à la session d’été 2009. Le Conseil fédéral adopterait alors son projet à l’intention du Parlement en 2010, de sorte que la nouvelle base légale pourrait entrer en vigueur au plus tôt en 2011.

Texte de la motion ( 07.3484 Motion Sommaruga. Réseau câblé numérique. Cryptage de décodeurs) selon proposition de la CTT :
Le Conseil fédéral est chargé d’édicter de nouvelles bases légales permettant d’interdire le cryptage de chaînes de télévision librement accessibles dans le cadre de l'offre de base en matière de diffusion numérique sur les réseaux câblés, ou alors, s’il y a cryptage, de garantir aux consommateurs qu’ils puissent utiliser les appareils de réception de leur choix à des conditions raisonnables. Il convient de veiller à ne pas compliquer inutilement l’accès à l’offre de télévision par Internet (Internet Protocol Television) et à éviter autant que possible toute distorsion de la concurrence entre les différentes technologies.

16:25 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cablecom, décodeur | | | | | Pin it! | |  Facebook

07/11/2008

CABLECOM: vérifiez votre facture...

A première vue, je ne suis pas le seul...

Sur la dernière facture, je viens de constater que cablecom me facture 10.- de rappel.

Pour quel rappel ?

Après tous les problèmes que le nouveau service client de cablecom a eu, on dirait que c'est les clients qui doivent l'amortir...

En ce début de mois de novembre, je n'ai toujours pas reçu la facture du mois d'aout malgré l'avoir signalé à la hotline.

Sur les 2 dernières factures (septembre et octobre), le mois d'aout n'apparait pas.

Cablecom a décidé à ma place de changer le mode de paiement en juin: du BVR, c'est passé à un paiement bancaire, ce qui fait que je n'ai pas reçu de BVR (le décompte était online, donc pas de courrier...) et donc 10.- de rappel...

Donc juin et juillet n'ont pas été payé. Et contacter la hotline à cette époque... à part attendre...

Fin aout, le compte client étant enfin atteignable online, je demande de faire un débit direct, j'envoie le formulaire.

Je reçois la facture de septembre (nouveau système) avec les décomptes de juin et juillet avec 10.- de rappel. Je tente d'atteindre la hotline, ce qui sera fait après de longues minutes d'attente... et pose la question concernant mon débit direct (pour éviter un double paiement...).

J'ai reçu la réponse 2 semaines après...: le débit direct sera activé avec la prochaine facture...

Ce qui n'est toujours pas le cas vu que j'ai reçu une facture complète pour octobre. Et je viens d'apprendre que je dois refaire une demande de débit direct... Et sur cette facture, le mois d'aout est inexistant mais il y a 10.- de rappel...

Comme la communication de Cablecom est inexistante en Romandie et à part un article dans 24 heures... , il faut se rabattre sur ce qui se dit de l'autre côté de la Sarine, je remets ici ce qui a été dit début octobre dans un journal alémanique:
Betroffene Kunden müssen gemäss Nehmer gar nichts unternehmen. Die Fehler sollten mit der nächsten Rechnung korrigiert werden. Bis Ende Oktober sollen alle Systeme "reibungslos laufen", hofft man an der Zürcher Zollstrasse.

Kassensturz vient de remettre une couche dans son émission de ce mardi...

Et il ne faut pas s'étonner de lire aujourd'hui que Cablecom a perdu autant de clients pour la première fois... avec un service clientèle aussi pourri.

Un article du Blick...

Le communiqué de presse de Cablecom de ce 6 novembre...

02:48 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cablecom, facture, frais, rappel | | | | | Pin it! | |  Facebook

06/10/2008

Cablecom et sa gestion des pannes...

Cablecom et son service clientèle foireux... Vu que c'est le blackout dans la presse romande (quand on voit une page entière de pub cablecom dans le 24H de la semaine dernière, on peut comprendre...), va falloir que j'en parle.... Ce matin, je constate une panne totale, internet, téléphone et télé, vers 05h30.

Pensant à de la maintenance, je ne m'inquiète pas mais connaissant Cablecom..., pour mon cas, ça viendra plus tard...

Dans ce cas précis, prenons le cas de Paul Apadbol:

davant partir travailler, il s'est levé plus tôt pour surfer avant de partir:

vers 6h00, il se décide à téléphoner à Cablecom:

il compose le numéro de la hotline et compose le service concernant internet (choix n°1):

là, il tombe sur un répondeur qui lui indique que le support fonctionne de 8h00 à 22h00... et il ne peut même pas laisser de message...

Dans ce même cas, si Paul devait téléphoner à son cousin à Los Angelès au lieu de surfer...:

vers 6h00, il se décide à téléphoner à Cablecom:

il aura le même problème que ci-dessus avec le service concernant la téléphonie (choix n°2):

il devra attendre 8h00...

Toujours dans ce même cas mais Paul regarde BloombergTV en digital tv:

vers 6h00, il se décide à téléphoner à cablecom:

il aura le même problème que ci-dessus avec le service concernant la digitv (choix n°3):

il devra attendre 8h00...

Par contre, si il regardait CNN en analogique... il aura plus de chance:

vers 6h00, il se décide à téléphoner à Cablecom (choix n°4, télé analogique):

il aura droit à un répondeur où il pourra laisser ses coordonnées et signaler la panne ET où on lui indique que l'on le rappellera...

Là, je me permets de douter  concernant le rappel puisque, manque de chance, j'ai déjà été victime d'une panne totale, commencée à 22h05 (manque de chance, la hotline ne répondait plus depuis 5 minutes...) et qui a duré 4 heures..., il y a deux semaines et j'attends toujours que l'on me rappelle...

 

Pour en revenir à ce cas précis de ce matin, à 8h00 je téléphone en prenant (volontairement) le choix n°1 (hotline internet): l'opérateur (zurichois ?) me fait la remarque que j'ai pas choisi le bon n° (désolé, mais si j'ai une panne internet, je choisis le support internet...) et me dévie directement... et je dois à nouveau taper mon code postal (oui, à chaque fois, il faut taper le code postal) (dans les cas précédents pour rien vu que l'on tombe sur un répondeur...) et j'explique à l'opératrice mon problème, elle se renseigne en me mettant en attente, puis après 8 minutes, n'est pas au courant d'une panne sur Vevey et prend mes coordonnées pour que le service technique puisse me rappeler plus tard.

Vers 10h00, j'ai reçu un appel (n° de la région) pour pouvoir prendre rendez-vous pour contrôler mon installation (j'aimerai bien savoir pourquoi, puisque je n'étais pas le seul...)...

 

Puisque entre deux, tout refonctionnait, après une coupure de probablement 6 heures, je rappelle ce n° pour connaitre la raison de cette coupure (maintenance ou autres), l'opératrice ne peut me répondre... Vers 16h00, je vois un véhicule Alpine Energie et 2 monteurs devant un gros boitier ouvert, là j'apprends que ma panne était dûe à une maintenance de quartier qui était prévue et annoncée (là, désolé, mais la dernière maintenance annoncée datait de mai ou juin). En conclusion: Cablecom n'était même pas au courant de cette maintenance prévue...

Si on laisse un message sur le répondeur, on ne sait même pas si la panne sera transmise au service technique...

 

  A première vue, trouver une page indiquant les maintenances sur le site de Cablecom est mission impossible (ou alors elle est bien cachée...).

 

 

Que pour une entreprise qui opère sur un plan national et 24 heures sur 24, il n'y a même pas une hotline qui fonctionne  24h/24...

 

 

A suivre:

 

le service plus...

 

et les problèmes de hotline et de facturation...

 

 

Je mets en guise de teasing cet extrait d'article en allemand:
Betroffene Kunden müssen gemäss Nehmer gar nichts unternehmen. Die Fehler sollten mit der nächsten Rechnung korrigiert werden. Bis Ende Oktober sollen alle Systeme "reibungslos laufen", hofft man an der Zürcher Zollstrasse.

19:36 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cablecom, téléphonie, fixe, internet | | | | | Pin it! | |  Facebook

02/10/2008

Vente des décodeurs désormais possible chez naxoo !

naxoo n'en parle pas (ou très discrètement). Pourtant, depuis le 1er septembre 2008, les abonnés du téléréseau genevois ont, en plus de la location, la possibilité d'acheter des décodeurs !

Cette nouveauté provient d'un règlement amiable entre naxoo et Rudolf Strahm (M. Prix) signé fin juillet et porté à notre connaissance seulement ces jours-ci. Et il ne fallait pas compter sur naxoo pour nous le dire, puisqu'à part dans les conditions générales, aucune mention n'en est faite sur leur site internet.

Dès maintenant, vous avez donc la possibilité d'acquérir un décodeur de base au prix de 170.- auquel viendront s'ajouter la taxe unique de mise en service de 95.-, soit un total de 265.- tout compris. Ce décodeur vous donnera accès aux 65 chaînes TV et 109 radios du forfait Basic, sans frais mensuels ! Les bouquets et chaînes options sont également accessibles aux prix indiqués sur le site de naxoo. En revanche, nous ne savons pas ce qu'il en est pour le forfait Premium. Logiquement, il devrait être facturé 20.- au lieu des 28.- qui incluent la location de l'Accessbox.

Mais est-il vraiment avantageux d'acheter un décodeur plutôt que de le louer ? La question est légitime et les vendeurs de naxoo ne manqueront pas de vous la poser. Voici quelques pistes pour vous aider.

Avantages

Avec la vente, vous n'êtes pas liés par un contrat de location auprès de naxoo et le décodeur vous appartiendra. Vous n'êtes donc plus non plus soumis à plusieurs clauses plus ou moins contraignantes (périodes contractuelles, état de l'appareil et des accessoires lors de la résiliation, etc...).

Votre achat sera amortis en moins de 2 ans (en comptant 8.- de location par mois, mais sans compter les frais unique de 95.- qu'il faut de toute manière payer qu'on achète ou qu'on loue le décodeur). Après ce délai passer, vous économisez de l'argent, alors que vous payez indéfiniment le décodeur en location, même après avoir dépassé sa valeur marchande.

Inconvénients

Les principaux inconvénients se situe au niveau de la garantie. Celle-ci est limitée à 12 mois à partir de la vente, alors qu'elle est illimitée avec la location. Donc en gros, il ne faut pas que l'appareil tombe en panne durant sa deuxième année d'utilisation. Mais généralement, bien qu'elle ait diminuée, la durée de vie des appareils électroniques est quand même de quelques années. Mais si cela se produit après la fin de la garantie, la réparation sera à vos frais.

Nos conseils

Si vous vous êtes décidé pour la vente, en attendant une clarification de la part de naxoo, nous vous conseillons de passer directement dans leurs locaux, quai du Seujet 28, plutôt que de passer par un revendeur. Ces derniers ayant des conditions spécifiques que nous ne connaissons pas, il se peut qu'ils ne soient pas soumis aux mêmes obligations (et notamment la vente).

Si, lors de votre demande, on vous répond que la vente n'est pas possible ou ne l'est pas encore, invoquez l'article 4.1 des conditions générales d'abonnement de naxoo qui mentionne explicitement cette possibilité (les CG sont applicables depuis leur mise à disposition du publique). Le réglement amiable avec M. Prix indique aussi que le client doit pouvoir acheter les décodeurs depuis le 1er septembre. Donc sauf raison de force majeur, naxoo ne devrait pas pouvoir vous refuser la vente. Soyez également attentif au prix facturé. Toujours selon le réglement amiable, ce prix ne doit pas dépasser 170.- (sans les frais d'activation).

Liens utiles

- Conditions générales d'abonnement naxoo
- Réglement amiable entre naxoo et M. Prix (voir le PDF sur la droite)

Note pour les clients valaisans

Nous ne savons pas si ces conditions s'appliquent également pour les téléréseaux partenaires en Valais. En principe oui, mais dans le cas de Cablecom, qui a également été contraint à mettre les décodeurs en vente, on a pu observer par exemple des différences de prix de vente suivant les réseaux.

Source: Forum RegardTV

02:12 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naxoo, décodeur | | | | | Pin it! | |  Facebook

30/09/2008

Edipresse et Cablecom: on dirait que les journaux Edipresse caressent Cablecom dans le sens du poil...

Je commence sérieusement à me poser cette question:

pendant que de l'autre côté de la Sarine, les critiques contre Cablecom vont bon train dans les médias (concernant les attentes interminables à la hotline, les réponses fausses ou le courrier fantaisiste ou concernant la pétition contre les décodeurs numériques), en Romandie, c'est le néant. A part un article concernant la pétition il y a quelques mois...

On dirait que les journaux ont des craintes de suppression de budgets publicitaires...

Alors, pour info, je suis obligé de publier la news ATS diffusée hier, puisque les journaux 100% Edipresse n'en ont pas parlé et que le Temps (en partie Edipresse) n'en a parlé que sur 3 lignes:

Citation:
Monopole de Cablecom sur les décodeurs: renvoi en commission

Berne - Le National a renvoyé en commission une motion du Conseil des Etats visant à supprimer le monopole de Cablecom sur les décodeurs pour son offre de télévision numérique. Le report, proposé par Pierre Triponez (PRD/BE), est censé permettre clarifier la situation.

La motion du Conseil des Etats demande que l'offre de base numérique des câblo-opérateurs ne soit plus cryptée et puisse ainsi être lue par tous les décodeurs disponibles sur le marché. Elle a été lancée par la présidente de l'organisation alémanique de protection des consommateurs, la conseillère aux Etats Simonetta Sommaruga (PS/BE), et soutenue par une pétition munie de près de 12'000 signatures.
SDA-ATS

Swissinfo

Et si jamais, il y a Dossier de tsr.ch à lire...
 

Cela réjoui la FPC (SKS) à la base du soutien de la motion:

Citation:
Liebe Freundinnen und Freunde des digitalen Fernsehens

Heute hat die SKS im Nationalrat einen Riesenerfolg für die Abschaffung des Boxenzwangs erzielt! Im Mai hatte die Kommission des Nationalrates den Vorstoss von Simonetta Sommaruga für Digitalfernsehen ohne Boxenzwang mit 18 zu 7 Stimmen abgelehnt. Nun die Kehrtwende: Mit wuchtigen 173 Stimmen bei nur einer Gegenstimme hat der Nationalrat beschlossen, dass seine Kommission eine konsumentenfreundliche Lösung ausarbeiten muss.

Damit sollten die Tage des Boxenzwangs gezählt sein! Wer einen Digitalfernseher hat, könnte danach auf die lästige Set-Top-Box verzichten. Dies heisst: wieder nur eine Fernbedienung, freie Senderzuteilung, wenig Stromverbrauch und schnelles Umschalten.

Die SKS ist höchst erfreut darüber! Der massive Druck, den wir in den letzten Monaten aufgebaut haben, hat enorme Wirkung gezeigt. Nach dem Nein der Kommission haben wir mit den Fernsehhändlern und -herstellern eine Allianz gebildet. Weiter konnten wir den Gewerbeverband, die Hotellerie, die Gastronomie, den Mieterverband, Comparis und auch den Gehörlosenbund für unser Anliegen gewinnen!

Noch diesen Herbst wird sich die Kommission dem Boxenzwang annehmen. Die SKS wird Grundlagenarbeit für die Kommission erstellen. Wir treffen uns mit dem zuständigen Bundesamt für Kommunikation. Wir werden Nationalrätinnen und Nationalräte, welche Mitglied der Kommission sind, zu überzeugen versuchen.

Diese intensive Arbeit ist für die SKS sehr aufwändig und bedarf vieler unserer Ressourcen. Machen Sie uns für diese entscheidende Phase fit und unterstützen Sie uns mit einer Spende. So können wir mit Hochdruck weiterkämpfen, damit wir alle im 2009 digitales Fernsehen in bester Qualität geniessen können.

Vielen herzlichen Dank für Ihre ideelle und finanzielle Unterstützung!

Mit freundlichen Grüssen

Sara Stalder
SKS Geschäftsleiterin

Concernant les autres problèmes de Cablecom, un billet va venir d'ici dimanche...

18:00 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cableco, décodeur | | | | | Pin it! | |  Facebook

12/09/2008

A nos chers conseillers élus à Berne... 2ème partie...

Cette deuxième note est destinée à tous les conseillers élus sous la coupole fédérale qui ne seraient pas encore sortis de leur état somnambulo-léthargico-subliminalo Cablecomien...   et/ou qui n'auraient pas encore compris les enjeux d'une motion importante...

Pour rappel, vous allez devoir traiter de la motion de madame la Conseillère aux Etats du canton de Berne, Simonetta Sommaruga (PS).

Je reprends ci-dessous ce que j'avais déjà écrit le 12 avril...

La motion de Madame Simonetta Sommaruga  est à lire ici (en français), ce qui permettra de mieux comprendre ces enjeux.

Actuellement, M. Paul Apadbol, client de Cablecom, reçoit ceci sur son téléréseau:

- les chaines en analogique (il n'a pas besoin de boitier spécial pour les regarder) mais en principe, l'analogique devrait être supprimé en 2011-12.

- les chaines en numérique : pour ce faire, il avait le choix: soit il achète un boitier à 150.- (chez Cablecom uniquement) ou il le loue pour 6.- par mois MAIS avec ce boitier, il ne peut pas enregistrer directement des émissions.

Pour pouvoir les enregistrer, Paul doit obligatoirement  louer la "médiabox" avec un disque dur à 20.- par mois.  Et encore, il ne pourra même pas les copier sur un dvd directement...

Donc, Paul a acheté un graveur dvd avec disque dur qu'il a branché sur son boitier Cablecom à 150.-, ce qui lui permet de d'enregistrer et éventuellement de graver ses feuilletons favoris... et de regarder en même temps une autre chaine en analogique mais ce qui ne sera plus possible, en l'état actuel, dans le futur (c'est presque du Champignac ça...) puisque l'analogique est voué à disparaitre...

Et je ne parle même pas de la qualité médiocre du nouveau boitier: il a une consommation énergétique en veille indécente et on ne peut même pas programmer les chaines dans l'ordre de son choix...

Et le plus important est que cette situation est valable dans le cas ou paul est célibataire ou vit en parfaite harmonie avec sa tendre moitié.... parce que si les deux veulent regarder chacun une chaine numérique (Direct 8 pour Paul et Pro7 pour Nicole par exemple)  ils peuvent le jouer à pile ou face.... ou acheter un deuxième boitier...

Et encore, je n'ai pas parlé du cas de la famille Apadbol: le père, la mère et ses deux charmants enfants (ni de la HD d'ailleurs, que je ferai l'impasse pour éviter le mal de tête...):

chacun à sa propre télé et donc son propre boitier (à 150.- ou 6.-/mois ou 20.-/mois pour le "médiabox avec disque dur, pour rappel)...

Le frère jumeau de Paul Apadbol, Bob, lui a plus de chance: il habite Lausanne. CityTv n'appartient pas à Cablecom. Et ça ne lui coute presque rien. Grâce à un récepteur TNT  branché sur son téléviseur actuel ou intégré à un poste TV récent, il a accès à 70 programmes en version TNT, avec une meilleure qualité d'image et de son, via le câble lausannois.
.
Donc, il a le choix:
- soit il achète le "décodeur" de son choix, dans le magasin de son choix...
- soit il est déjà intégré dans sa télé (norme T pour terrestre et non pas C pour câble) et/ou son graveur dvd...
.
Alors quand on lit réponse du Conseil fédéral du 12.09.2007:

2. Cryptage de base
Le cryptage de base signifie que tous les programmes diffusés en mode numérique sont transmissibles sous forme cryptée. Le décryptage se fait à l'aide d'un décodeur. 
Il est légitime que le cryptage soulève un certain intérêt. Il permet tout d'abord de lutter contre le problème des téléspectateurs pirates de manière plus efficace qu'avec les systèmes de plombage traditionnels, qui peuvent être assez facilement contournés. Le téléspectateur ne peut pas voir les programmes cryptés sans être abonné. En outre, en comparaison avec la technique actuelle, ce mode d'adressage assure bien mieux le respect des exigences légales relatives aux zones de desserte pour les programmes de télévision régionaux ayant droit à une quote-part de la redevance. En vertu de l'article 38 alinéa 5 LRTV, ceux-ci ne sont en effet pas autorisés à émettre en dehors de leur zone de desserte.
Une mesure envisageable pour empêcher toute fidélisation captive serait d'obliger les câblo-opérateurs à fournir des modules de décryptage qui pourraient être installés sur les autres décodeurs disponibles sur le marché. Ces décodeurs devraient toutefois posséder une interface correspondante et coûteraient - avec le module - nettement plus cher, par exemple, que le décodeur de Cablecom (150 francs) qui contient déjà un système de décryptage.
Vu ces éléments, le Conseil fédéral a renoncé à imposer une telle mesure. Par ailleurs, pour les raisons évoquées ci-après, interdire le cryptage ou rendre obligatoire la mise à disposition des modules de décryptage ne vont pas dans le sens d'une réelle liberté de choix.
3. Système d'exploitation
La question de la liberté de choix du décodeur ne doit pas être considérée sous le seul angle du cryptage. A l'instar d'un ordinateur personnel, les boîtiers décodeurs contiennent une sorte de système d'exploitation qui assure la communication entre le réseau câblé et le décodeur. Or, sans ce système, il n'est pas possible de recevoir les services additionnels proposés par le câblo-opérateur.
La loi prescrit la diffusion de plusieurs services additionnels. Parmi ces services, il convient de citer la transcription partielle des émissions en langage des signes pour les téléspectateurs malentendants, le guide électronique des programmes - qui permet au public de s'y retrouver dans la foison des programmes à disposition -, des services de télétexte étendus, la possibilité de capter plusieurs canaux sonores ou les fonctions de programmation d'un enregistreur vidéo à disque dur. 
Actuellement, les systèmes d'exploitation ne sont pas standardisés et sont très différents d'un décodeur à l'autre. Les consommateurs qui achèteraient un décodeur en vente dans le commerce ("zapping-box") ne pourraient plus capter les services additionnels, faute de bases de logiciel nécessaires. D'une part, les consommateurs seraient confrontés à certains problèmes pratiques (p. ex. l'enregistreur vidéo à disque dur ne peut plus être programmé automatiquement). D'autre part, les câblo-opérateurs ne pourraient plus fournir aux consommateurs les services additionnels à diffuser obligatoirement.
Une interdiction du cryptage de base ne permet pas à elle seule d'offrir une réelle liberté de choix aux consommateurs. Des normes techniques pour le système d'exploitation devraient également être définies. Aucune norme ne s'étant encore imposée au niveau international, une telle démarche paraît aujourd'hui prématurée. Une solution propre uniquement à la Suisse n'aurait d'autre effet que de renchérir considérablement les coûts de production des décodeurs destinés au marché suisse, au détriment des consommateurs. Cablecom, qui appartient au plus grand câblo-opérateur d'Europe, met sur le marché les mêmes décodeurs que sa société mère sur tout le continent. Une réglementation hâtive comporterait en outre certains risques: la norme choisie pourrait être rapidement dépassée en raison de l'innovation technique et empêcher aussi bien les consommateurs que les câblo-opérateurs de bénéficier des développements liés à cette innovation.
Actuellement, le Conseil fédéral ne juge donc pas opportun de définir des normes pour le système d'exploitation des décodeurs. Selon l'article 56 ORTV, le DETEC peut revenir sur cette position pour autant qu'il existe des normes reconnues au niveau international et à condition que cela soit nécessaire pour garantir la liberté des opinions.


 

ça me laisse songeur, puisque cela contredit la pratique actuelle du réseau lausannois et sur d'autres (Nyon...) qui ne dépendent pas de Cablecom...
J'espère que ces quelques (longues) lignes feront mieux comprendre les enjeux de cette pétition.
Et je rappelle que la Romandie existe... 

15:32 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cablecom, tnt, télé numérique, décodeurs | | | | | Pin it! | |  Facebook

09/09/2008

A nos chers conseillers élus à Berne... 1ère partie...

Cette première note est destinée à tous les conseillers élus sous la coupole fédérale qui ne seraient pas encore sortis de leur état somnambulo-léthargico-subliminalo Cablecomien... et/ou qui n'auraient pas encore compris les enjeux d'une motion importante...
Pour rappel, vous allez devoir traiter de la motion de madame la Conseillère aux Etats du canton de Berne, Simonetta Sommaruga (PS).
Pour commencer, je reprends le communiqué de presse de Comparis.ch, écrit par Ralf Beyeler (même si je n'aime pas trop les communiqués  de Comparis qui n'ont pour but que de faire de la publicité pour sa société...).
Mais comme il dit tout haut ce que beaucoup de personnes dépendant de Cablecom & Cie pensent...

comparis.ch sur le cryptage des chaînes de télévision numérique - Télé numérique : les câblo-opérateurs campent sur leurs positions

    Zürich (ots) - Est-ce que le cryptage des signaux de la télévision numérique et l'utilisation de décodeurs pour leur décryptage vont dans le sens de l'intérêt des consommateurs ?  Oui, a réaffirmé aujourd'hui l'association faîtière Swisscable lors d'une conférence de presse. comparis.ch, le comparateur sur internet, est d'un tout autre avis : le cryptage des programmes de télévision n'est pas nécessaire sur le plan technique et n'opère qu'une fidélisation captive du téléspectateur. Aux yeux de Ralf Beyeler, expert ès télécom chez comparis.ch, «les décodeurs permettent aux exploitants des réseaux câblés de gagner de l'argent facilement. Au final, les décodeurs servent plus à enchaîner les téléspectateurs qu'à décrypter les chaînes de télévision. »

    En été 2007, la Conseillère aux Etats du canton de Berne, Simonetta Somma¬ruga (PS), a déposé une motion au parlement pour faire « interdire le cryptage - propre à un opérateur - de chaînes de télévision librement accessibles dans le cadre de l'offre de base en matière de diffusion numérique sur les réseaux câblés... ».  En d'autres termes, S. Sommaruga veut que les consommateurs et consommatrices puissent recevoir les chaînes de télévision publiques non cryptées, ou alors qu'ils puissent librement choisir l'appareil de décryptage qu'ils souhaitent utiliser. Ainsi, les téléviseurs de la nouvelle génération ont un tuner intégré capable de recevoir la télévision numérique par le câble mais ne peuvent pas lire les signaux envoyés par les fournisseurs parce que seuls les propres décodeurs du fournisseur en sont capables. Selon R. Beyeler, expert ès Télécom chez comparis.ch,  «la demande déposée par madame Sommaruga relève du bon sens absolu. Beaucoup de câblo-opérateurs cryptent les programmes uniquement afin de pouvoir placer leurs propres décodeurs, de gagner ainsi de l'argent facilement et de rendre leurs clients inutilement tributaires. »

    Scandale au niveau de la politique de la concurrence Le fait est que le codage des chaînes de télévision que les cablô-opérateurs se procurent eux-mêmes gratuitement ne répond à aucune nécessité. Plusieurs fournisseurs de télévision numérique, que ce soient en Suisse ou à l'étranger, ne cryptent pas leurs programmes, et ce depuis longtemps. Naturellement, les câblo-opérateurs suisses qui se rebellent contre madame  Sommaruga   le savent aussi.  Aujourd'hui, avant le débat au Conseil national de la motion de Simonetta Sommaruga, l'association faîtière Swisscable a de nouveau revendiqué lors d'une conférence de presse à Berne pour que les fournisseurs puissent continuer à coder les signaux des programmes gratuits. Pour Ralf Beyeler, expert ès télécom chez Comparis, «personne ne s'oppose à ce que les câblo-opérateurs mettent en place une procédure spécifique pour les programmes à la demande (video on demand). En revanche, pour les chaînes de base, les téléspectateurs devraient pouvoir utiliser l'appareil de décodage de leur choix. Le « décodeur qui enchaîne » imposé aux clients par Cablecom et consorts, est un scandale.»

http://www.presseportal.ch/fr/pm/100003671/100569191/comparis_ch_ag

14:30 Publié dans Cablecom | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cablecom, tnt, télé numérique, décodeurs | | | | | Pin it! | |  Facebook