06/10/2009

Jumbo a engagé des allemands pour son inventaire

Devant le magasin Jumbo Easy de (Corsie/) Vevey, samedi dernier, à 13 heures, un car, immatriculé en Allemagne, dans l'arrondissement de Wittenberg , s'est arrêté devant le magasin.

Une trentaine de personnes en est descendue. Ils ont immédiatement enfilé un gilet au sigle de l'entreprise qui les emploie: SIGMA .

Je suppose que Jumbo va dire que cette entreprise fournit le personnel qualifié ainsi que la logistique informatique.... et qu'aucune entreprise ne le fait en Suisse. Si c'est vraiment le cas, je serais curieux de savoir à quel tarif et conditions sont payés ces employés.

Sachant que Wittenberg est à 950 km de Vevey, je ne pense pas qu'ils sont venus directement mais qu'ils doivent avoir une base arrière soit en Suisse allemande ou à la frontière allemande, pour pouvoir ainsi faire les inventaires des autres magasins...

 

 

15:08 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jumbo, inventaire, personnel | | | | | Pin it! | |  Facebook

Commentaires

Ben oui, mais.


Paradoxe:

- les partis de gauche veulent éviter tout dumping salarial. Comme les salaires en Suisse sont aisément deux fois plus élevés qu'en Allemagne, et que l'Allemagne n'a pas l'intention de doubler les salaires, le seul moyen d'éviter le dumping salarial, c'est de fermer les frontières aux Allemands (entre autres)

- mais voilà, les mêmes partis de gauche se sont toujours affirmés extrêmement pro-européens, et donc ne peuvent pas se tirer une balle dans le pied en parlant de fermeture des frontières. Ils ont voulu une ouverture complète, et tout Européen a le droit de venir travailler en Suisse, pour une période courte, ou longue.

Le fait est que, par le simple principe des vases communicants, le niveau des salaires, en Suisse, va continuer de baisser, réduisant la différence avec les pays voisins. Les syndicats, qui soi-disant "lutteront" là-contre, en exigeant un salaire minimum de plus en plus élevé, contribueront tout simplement à la hausse du chômage en Suisse, puisque la différence entre ce qu'il faudrait payer des Suisses au chômage, si on les engageait, et ce qu'il faut payer des Européens invités momentanément, augmentera.


Le comble étant que, dans les partis de gauche, personne n'ait semble-t-il eu les moyens intellectuels, ou du moins le niveau de connaissances, permettant de faire cette analyse. Allez vous étonner, après ça, que leur (ex-)électorat aille voter UDC...

Écrit par : antoineb | 06/10/2009

Les commentaires sont fermés.