30/01/2008

(Réactualisé:)L'Iphone chez Swisscom dès le 29 février 2008 ? Info ou intox ? et Localisation des appels d'urgence sur les réseaux suisses de téléphonie mobile

Le serpent de mer continue...

Voici un extrait d'un article du Temps de ce mardi qui l'annoncerait quand même pour le 29 février...

Swisscom doit lancer l'iPhone fin février





TELEPHONIE MOBILE. Une source interne confirme les rumeurs. Quelle version sera commercialisée?

Anouch Seydtaghia
Mardi 29 janvier 2008


La nouvelle se précise. Swisscom (SCMN.VX) doit bel et bien commercialiser l'iPhone fin février en Suisse, a affirmé lundi une source interne au correspondant du Temps à Zurich. Depuis plusieurs jours, des blogs allemands et suisses alémaniques spécialisés évoquaient le 29 février comme date de lancement du téléphone d'Apple (AAPL) en Suisse. Cette date semble désormais tout à fait crédible.

Suite à l'entretien de M.Schloter (voir ci-dessous, le 28.01.08) dans le Sonntag.ch de ce dimanche, je suis dubitatif...

Le début de l'article

Citation:
Depuis plusieurs jours, des blogs allemands et suisses alémaniques spécialisés évoquaient le 29 février comme date de lancement du téléphone d'Apple en Suisse.


à l'air d'être un peu éventé...: après une courte recherche, à part l'article du Nouvelliste qui a été repris dans un ou deux blogs, il n'y a rien de neuf...

ACTUALISATION:   ACTUALISATION:

Le 29 février. j'y crois de moins en moins...

L'iPhone, à ma connaissance n'est "vendu" que dans 4 pays: USA, France, GB et Allemagne.
Pourquoi Apple voudrait/devrait sortir sa bête sur un aussi petit marché qu'est la Suisse alors qu'il y a l'Italie, l'Espagne et surtout l'asie....

Voici ce qu'on cause en Autriche (29.01.08 ):

Citation:
[b]T-Mobile: iPhone kommt noch nicht so schnell nach Österreich

Wohl frühestens im zweiten Halbjahr

Unsere deutschen Nachbarn haben es schon. Österreich muss noch länger auf Apples neuesten Technologie-Wunderwuzzi warten. T-Mobile, der zweitgrösste heimische Mobilfunker wird das iPhone als erstes auf den Markt bringen, hat den Zeitplan mit dem US-Unternehmen immer noch nicht geklärt. "Wir sind mit Apple noch in Diskussion über die Prioritäten. Apple konzentriert sich derzeit auf die grossen Märkte wie China, Indien oder Japan", sagte T-Mobile International-Chef Hamid Akhavan am Dienstag bei einer internationalen Pressekonferenz in Berlin.

Konzernkreise berichten laut APA, das Multimedia-Handy müsse vor dem Start an die Systeme des jeweiligen Landes angepasst werden. Das sei aufwendig und benötige Zeit. In den Konzernkreisen heisse es daher, das neue Gerät werde in Österreich voraussichtlich erst im zweiten Halbjahr verfügbar sein.

Akhavan wollte dies nicht kommentieren - nur so viel: Er geht nach wie vor davon aus, dass das iPhone noch im Laufe des heurigen Jahres in Österreich verfügbar sein werde. Und: "Unser Ziel ist es aber definitiv, den iPhone-Verkauf in Österreich noch vor Weihnachten zu starten."
(hd)
http://www.boerse-express.com/pages/638133


En résumé:
Pas avant le deuxième semèstre... mais si possible avant Noël...
Apple vise actuellement l'asie (Chine, Inde, Japon) et veut fournir une bête adaptée au réseau téléphonique (3G) du pays ...



 

Localisation des appels d'urgence sur les réseaux suisses de téléphonie mobile

Les appels d'urgence transmis depuis le réseau de téléphonie mobile peuvent être désormais localisés, mais de manière encore très imprécise. La situation va s'améliorer grâce à l'évolution de la technique.


Leo Lehmann, division Services de télécommunication de l'OFCOM

Les technologies permettant de localiser les téléphones portables ont beaucoup progressé ces dernières années. Depuis le 1er juillet 2006 déjà, les réseaux GSM de Swisscom, Sunrise, Orange et Tele2 fournissent un service de "Localisation des appels d'urgence" vers les numéros 112 (service d'urgence européen, transmis en Suisse à la police), 117 (police), 118 (pompiers), 144 (ambulances) et 1414 (REGA). Depuis mi-2007, ce service englobe également les réseaux de téléphonie mobile UMTS. Les prescriptions correspondantes (RS 784.101.113/1.3) sont basées sur des normes internationales élaborées en collaboration avec l'OFCOM.

Résultat encore trop imprécis
Lorsqu'un numéro d'appel d'urgence est composé, des informations sur la zone où se trouve l'appelant sont transmises à une banque de données centrale exploitée par le concessionnaire du service universel (actuellement Swisscom). Dans les quatre heures suivant l'appel, les centrales d'alarme peuvent utiliser ces renseignements pour vérifier qu'il y a réellement urgence et localiser l'appel. Ce procédé leur permet, cas échéant, de fournir plus rapidement l'aide requise. Une fois ce temps écoulé, les informations sont supprimées.

Pour obtenir les informations nécessaires dans la banque de données, la centrale d'alarme utilise le numéro de téléphone de l'appelant. Une ou plusieurs ellipses d'évaluation apparaissent (voir image), qui entourent la zone couverte par la station d'antenne à laquelle est parvenu l'appel d'urgence. Selon les premières mesures d'essai effectuées par des organisations d'appels d'urgence, les résultats livrés varient de quelques centaines de mètres en zones urbaines à plus de 10 kilomètres en zones rurales. L'un des problèmes qui se pose est de concilier la nécessité d'obtenir une zone de recherche la plus petite possible avec l'exigence de localiser l'appelant. Si la zone est trop exiguë, les services de sauvetage risquent d'intervenir au mauvais endroit, mais si elle est trop vaste, il s'avérera difficile de trouver la personne en détresse. La technologie actuelle ne permet pas encore de déterminer exactement le lieu où se trouve l'appareil employé. Il est indispensable d'affiner la recherche.

Amélioration grâce aux récepteurs GPS
La solution actuelle constitue certes une première étape importante vers la localisation des appels d'urgence sur les réseaux suisses de téléphonie mobile, mais une plus grande précision est souhaitable, par exemple grâce à la technologie GPS. Si des récepteurs GPS étaient dorénavant intégrés non pas uniquement dans les téléphones portables de haut standing, mais aussi dans des appareils moins coûteux, ils pourraient servir – avec une pénétration du marché adéquate – à localiser très précisément les appels d'urgence. Les normes internationales correspondantes existent déjà. L'OFCOM suit l'évolution technique dans ce domaine, en collaboration avec les exploitants de réseaux et les représentants d'organisations d'appels d'urgence; il adaptera les prescriptions aux progrès effectués et à la disponibilité sur le marché de produits normalisés au niveau international.

03:44 Publié dans Téléphonie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.