03/08/2007

Le CSA se penche sur la prononciation du mot "août"; et en bonus la nouvelle orthographe...

Hug!

(Concernant la nouvelle orthographe, elle date quand même de 1990..., voir plus bas... Wink
).

Mais ce qui sous-entend qu'il n'est plus nécessaire de mettre un accent circonflexe sur le u de aout Wink


Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) publie mercredi sur son site un petit récapitulatif des différentes prononciations admises du mot "août" et laisse aux professionnels de l'audiovisuel le soin d'en faire bon usage.

Constatant que "comme chaque année, le mois d'août suscite quatre prononciations différentes : [ou], [out], [a-ou] [a-out]", le CSA rappelle que Pierre Fouché, dans le Traité de prononciation française (1969), conseille la prononciation [ou] et précise : "La prononciation [a-ou] est archaïque ou dialectale. Il en est de même de [out] et à plus forte raison de [a-out]".

Le Petit Robert (2007) et le Petit Larousse illustré (2007) donnent [ou] et [out] alors que des éditions antérieures ne retenaient que le mois d'[ou].

Pour Joseph Hanse, dans le Nouveau Dictionnaire des difficultés du français moderne (1987), "Le mois d'août se dit [ou] mais beaucoup prononcent le t final. La prononciation [a-out] est fautive alors qu'elle est correcte dans les dérivés aoûtat, aoûté et aoûtien [aoussien]".

Dans le Dictionnaire des difficultés du français (1993), Jean-Paul Colin recommande "la seule prononciation correcte [ou], le t devant rester muet, bien que l'usage se répande, notamment dans les médias de prononcer [a-ou]".

Maurice Grevisse, dans Le Bon Usage (1986), donne la prononciation habituelle [ou] mais trouve excessif de condamner [out].

Moins sévères sont les recommandations données par le Dictionnaire de l'Académie française, qui, dans sa neuvième édition, note : "Août se prononce [ou] plutôt que [a-ou], le t se fait parfois entendre". La septième édition (1878) préconisait [ou] mais signalait cependant "on prononce souvent [out]", remarque encore le CSA.


Le Monde

 A la demande générale, je mets à disposition ce que j'ai trouvé sur les réformes de l'orthographe qui date déjà de 1990 Wink

Les rectifications de l’orthographe
En octobre 1989, à la suite d’un manifeste publié peu avant par des enseignants et des linguistes en faveur d’une simplification de l’orthographe, le Premier ministre Michel Rocard crée le Conseil supérieur de la langue française et lui demande de rédiger un rapport sur 5 points particuliers :

– le trait d’union

– le pluriel des noms composés

– l’accent circonflexe

– le participe passé des verbes pronominaux

– diverses anomalies.

Le Conseil rend son rapport en juin 1990 et propose d’intervenir sur quatre des cinq points demandés en excluant tout changement dans les règles d’accord du participe passé des verbes pronominaux. Ce rapport est approuvé par le Premier ministre et est publié au Journal officiel de la République française le 6 décembre 1990.

Cependant, ces rectifications ont suscité de vives polémiques en France, alors que les autres pays de la francophonie ont accueilli avec beaucoup plus de sérénité ces rectifications (elles sont d’ailleurs enseignées en Belgique par exemple).

Ces rectifications ne bouleversent en aucun cas l’orthographe du français : tout au plus un mot toutes les deux pages est-il touché par ces rectifications. Mais elles tentent d’instaurer une certaine cohérence là où cela faisait défaut.

Les formes ainsi préconisées ne peuvent et ne doivent être considérées comme fautives. D’un autre côté, elles n’ont rien d’obligatoire et les formes utilisées jusqu’à présent restent correctes.

Les points sur lesquels porte les rectifications
Les rectifications portent sur :

– les accents et le tréma

– le pluriel des noms composés

– le trait d’union dans les numéraux

– le trait d’union dans les mots composés

– le participe passé de laisser

– les anomalies

Quelques pages
- Le site de l'APARO (Association pour l'application des recommandations orthographiques) explique « l’essentiel de la nouvelle orthographe » et dresse un bilan de l’application de ces rectifications.
http://www.fltr.ucl.ac.be/FLTR/ROM/ess.html

- Dans un article intitulé La réforme de l'orthographe est-elle restée lettre morte ? (septembre 1998), Marie-Éva de Villers explique comment les Rectifications ont été accueillies dans les différents pays de la francophonie et comment les dictionnaires en ont tenu compte.
http://ccdmd.qc.ca/correspo/Corr4-1/Villers.html

- Page qui donne des extraits du Rapport du Conseil supérieur de la langue française (mai 1990) et la réponse du Premier ministre
http://www.multimania.com/yhwh/reforme.htm
http://www.multimania.com/yhwh/reforme.htm

- L'École libératrice n° 19, du 20 février 1988 a rassemblé des arguments pour et contre une réforme de l’orthographe.
http://sweet.ua.pt/~fmart/pourou.htm

- Dans un entretien accordé à Francité, Marc Wilmet, président du Conseil supérieur de la langue française de Belgique explique sa position en ce qui concerne les Rectifications de l’orthographe
http://www.synec-doc.com/francite/rev25/wilmet.html

- Sur son site, l’Académie française (voir « Questions courantes / Rectifications orthographiques ») rappelle ses différentes prises de position au cours de l’élaboration des Rectifications.
http://www.academie-francaise.fr/langue/index.html

- L'équipe des chercheurs du CNRS d'Ivry propose un site sur les Rectification de l'orthographe dans le cadre de leur réflexion sur la "diversité et la pluralité des ortographes sous les aspects historiques, géographiques et sociaux".
http://inalf.ivry.cnrs.fr/rectifications

http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche339....

********************************************

Afin de limiter le nombre d’exceptions dans l’usage des accents et trémas et de rendre leur emploi plus cohérent, les Rectifications de l’orthographe de 1990 préconisent de nouvelles formes. Les anciennes graphies restent correctes.

Accent grave devant e muet
On met un accent grave sur les e qui précèdent les e muets, notamment dans les formes du futur et du conditionnel. On harmonise ainsi l’écriture de ces mots avec la règle appliquée généralement pour les autres mots (règlement, mécène…).

évènement – il succèdera – il protègerait

On maintient l’accent aigu sur :
– les préfixes dé- e pré- …) ;

dégeler, prélever

– les é en début de mot ;

élevage, épeler

– les deux noms médecin et médecine.

Accent aigu sur le e
On met un accent aigu sur le e des mots qui en étaient dépourvus jusqu’à maintenant lorsque ce e se prononce [e] ou [¨].

asséner – réfréner – sénestre – révolver – placébo – mémento

Accent dans la conjugaison des verbes en -eler et -eter
Les verbes en -eler et -eter se conjuguent avec un accent grave pour marquer le son [¨] (è). Ils se conjuguent ainsi comme les autres verbes qui présentent un e muet ou un e ouvert dans leur conjugaison (semer, mener, lever…).

il feuillète – il dénivèle – je renouvèle

On maintient la consonne double pour les verbes appeler et jeter ainsi que les verbes de leur famille

il appelle, il jette

Accent circonflexe sur i et u
Les voyelles i et u s’écrivent sans accent circonflexe.

la chaine – la boite – il parait

la buche – le fut – bruler

On maintient l’accent circonflexe sur :
– l’adjectif sûr, le nom jeûne, le participe passé dû et le verbe croître pour éviter des confusions avec leurs homophones sur, jeune, du (article) et les formes du verbe croire ;

– la terminaison des deux premières personnes du pluriel du passé simple ;

nous vîmes, nous fûmes

– la dernière voyelles à la 3e personne du singulier de l’imparfait du subjonctif ;

qu’elle fît, qu’il fût

Le tréma
- On écrit avec le tréma sur le u :

– les féminins des adjectifs aigüe (et suraigüe), ambigüe, contigüe et exigüe ainsi que le nom cigüe ;

– les noms ambigüité, contigüité et exigüité.

- On met un tréma sur le u de argüer et de gageüre pour signaler que ce u se prononce et que argüer ne doit pas être prononcé comme narguer , ni gageüre comme majeure .

http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche342....

*****************************************

Rectifications de l’orthographe et pluriel des noms composés

Il existait jusqu’aux Rectifications de l’orthographe de 1990 de nombreuses hésitations en ce qui concerne les noms composés qui posent des problèmes d’orthographe tant au singulier qu’au pluriel.

Les noms composés formés d’un verbe ou d’une préposition suivi d’un nom commun prennent les marques du pluriel à la fin du nom commun. Ils prennent ainsi les mêmes marques de pluriel que les noms écrits en un seul mot (des portemanteaux, des entractes).

des abat-jours

des ramasse-miettes

des après-midis

Ces noms ne prennent la marque du pluriel que s’ils sont au pluriel. Il n’y a ainsi plus d’hésitations sur la graphie d’un grand nombre de noms composés au singulier. Dans certains cas, le singulier pourra paraître contraire à la logique (un sèche-cheveu, même si on sèche plusieurs cheveux ; un tire-fesse, même si les deux fesses sont toujours tirées en même temps), mais on n’oubliera pas que d’autres mots s’écrivent ainsi avec des marques de singulier bien que faisant référence à une notion plurielle : cf. millefeuille, entracte (qui se situe bien entre deux actes !).

un cure-dent

un ramasse-miette

On laisse invariables les noms précédés de l’article et ceux qui prennent une majuscule (des cessez-le-feu, des prie-Dieu).

http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche341....

*****************************************************

Trait d’union dans les numéraux
Les nombres transcrits en toutes lettres s’écrivent avec ou sans trait d’union.

Dans les numéraux cardinaux
On met un trait d’union entre les termes désignant les dizaines et ceux exprimant les unités. Le trait d’union remplace et.

dix-neuf (dix et neuf) ; soixante-douze (soixante et douze).

Il n’y a pas de trait d’union dans les autres cas.

cinq cent quatre ; trois mille neuf cent douze.



Quand et est exprimé, le trait d’union devient inutile.

trente et un, cinquante et un.

Le déterminant composé quatre-vingts d’écrit également avec un trait d’union.

quatre-vingt-un, quatre-vingt-douze.

Afin d’harmoniser l’écriture des nombres, les Rectifications de l’orthographe de 1990 préconisent l’emploi du trait d’union entre chacun des termes, même s’il ne s’agit pas de dizaines et d’unités, ou même lorsqu’il y a et.

cinq-cent-quatre ; trois-mille-neuf-cent-douze, trente-et-un, cinquante-et-un.


Dans les numéraux ordinaux
Un numéral ordinal s’écrit avec ou sans trait d’union selon que le cardinal dont il est dérivé s’écrit avec ou sans trait d’union.

dix-neuvième (de dix-neuf, avec trait de d’union)

soixante-douzième (de soixante-douze, avec trait d’union)

cinq cent quatrième (de cinq cent quatre, sans trait d’union)

trente et unième (de trente et un, sans trait d’union).

Dans les noms de fraction
Dans l’expression d’une fraction (deux cinquièmes : 2/5) il y a un déterminant – cardinal (deux) correspondant au chiffre au-dessus de la barre de fraction – et un nom – ordinal (cinquième), correspondant au chiffre sous la barre de fraction. On ne met pas de trait d’union entre le déterminant et le nom.

Ils ont déjà fait les quatre cinquièmes du programme. (4/5)

Cela correspond aux trois deux centièmes du PNB. (3/200)

http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche255....

**********************************************

Trait d’union (généralités)
Le trait d’union sert à marquer qu’il existe un lien étroit entre deux termes. Ce lien peut être un lien lexical (mots composés) ou un lien syntaxique (entre le verbe et le pronom qui le suit).

-> Dans les mots composés, on met un trait d’union :

– si le mot composé a un sens spécifique, indépendant de ses différents composants ;

une longue-vue (le sens n’est pas celui de « vue qui est longue »)

– si le mot composé résulte d’un changement de catégorie grammaticale ;

Cela peut être une simple erreur. (ici peut être est le verbe de la phrase).

C’est peut-être une simple erreur. (ici peut-être est adverbe).



Il existe des divergences entre les dictionnaires (et au sein même d’un dictionnaire) pour de nombreux mots composés. Ainsi on trouve dans le Nouveau Petit Robert à l’ordre alphabétique petit-déjeuner (entré petit déjeuner dans Larousse ou Hachette) alors que le même dictionnaire utilise petit déjeuner (sans trait d’union) pour définir le mot brunch.

Noter que compte rendu s’écrit sans trait d’union.


– s’il s’agit d’un mot composé d’origine étrangère ;

un fac-similé – le turn-over dans une entreprise – le ping-pong…

Les Rectifications de l’orthographe proposent que l’on écrive en un seul mot ces noms d’origine étrangère.

un facsimilé – le turnover – un weekend

Quand les deux mots sont coordonnés sans conjonction : le trait d’union remplace et.

Un aller-retour (un aller et un retour).

Quarante-cinq (quarante et cinq).


-> Les mots composés contenant des éléments savants s’écrivent généralement en un seul mot.

Biochimie, socioculturel, électroacoustique, antichoc.

Cependant on met un trait d’union pour éviter la répétition de deux voyelles identiques ou le rapprochement de deux voyelles dont la lecture pourrait prêter à confusion.

Auto-induction, bio-organique.


On constate encore des divergences entre les dictionnaires, mais la règle énoncée ci-dessus est celle que préconisent les Rectifications de l’orthographe.

http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche254....

************************************************

Accord du participe passé suivi d’un infinitif
Voir directement là:
http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche208....

************************************************

Rectifications de l’orthographe et anomalies
Un certain nombre de mots présentent une anomalie dans leur graphie par rapport aux autres mots de la même famille ou au système orthographique du français. Les Rectifications de l’orthographe de 1990 proposent pour ces mots des graphies plus cohérentes.

Les dictionnaires ont déjà enregistré plusieurs de ces rectifications.

http://grammaire.reverso.net/index_alpha/Fiches/Fiche340....

16:55 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (1) | | | | | Pin it! | |  Facebook

Commentaires

Que de changements, j'en perds mon latin !!!
Par contre, pour l'écriture des nombres, j'avais cru comprendre qu'on pouvait les écrire sans aucun traits d'union (La règle du trait d'union pour les parties de nombre inférieures à cent étant abandonnée...). Suis-je dans le vrai ???
Ma femme me dit le contraire : il faut mettre des traits d'union partout, entre chaque mot du nombre... Je ne sais plus quoi faire, si ce n'est en rester à l'ancienne règle...
Merci d'éclairer ma lanterne au plus vite...

Écrit par : olivier | 05/09/2007

Les commentaires sont fermés.