01/06/2007

L'émission néerlandaise sur un don d'organe était un canular

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore et si cette news n'est pas dans l'édition de ce samedi...

Lisa et son

«Lisa», une femme soi-disant atteinte d'une tumeur au cerveau qui devait donner son rein, était finalement une actrice.
Photo Reuters

L'émission néerlandaise de télé-réalité mettant en jeu un don de rein, qui a provoqué une controverse dans de nombreux pays, était en fait un canular destiné à alerter l'opinion sur le manque de donneurs d'organes, et la participante, «donneuse en fin de vie», était une actrice.

 

 

   
 
 
 
   

«Lisa», une femme soi-disant atteinte d'une tumeur au cerveau, est une actrice, a révélé en direct le présentateur Patrick Lodiers au moment où celle-ci s'apprêtait, en larmes, à désigner le malade à qui elle allait donner son rein.

Mais les trois candidats «receveurs» participant au Grand spectacle du donneur sont des patients véritablement malades, qui ont accepté de jouer le jeu, a précisé l'animateur à l'issue d'une émission mise en scène comme n'importe quelle autre émission de télé-réalité, avec reportages sur les candidats, applaudissements et rires.

«Nous n'allons pas donner un rein, a-t-il ajouté. Nous avons voulu attirer l'attention sur leur vie et leurs problèmes (ceux des personnes en attente d'une greffe, ndlr)».

Les trois candidats font partie du canular, mais «ce qu'ils ont raconté (au cours de l'émission) est la dure réalité» de la vie quotidienne d'un malade en attente de greffe, a-t-il souligné.

Des centaines de journalistes et d'équipes de télévision du monde entier avaient fait le déplacement pour assister à la diffusion en direct du Grand spectacle du donneur sur l'antenne de la télévision publique destinée aux jeunes BNN, dans un studio d'Aalsmeer au nord d'Amsterdam.

Elle avait suscité des controverses bien au-delà des Pays-Bas, où le ministre de la Santé Ab Klink l'avait qualifiée de «déplacée et non éthique à cause de l'aspect de concours». Comme c'est le cas dans les émissions de téléréalité, «Lisa», qui souhaitait donner son rein, devait procéder par élimination pour choisir «son» receveur.

L'actrice était pour cela conseillée par les téléspectateurs qui pouvaient envoyer des messages par SMS. Les trois candidats se présentaient en répondant à des questions telles que: «Pour quel parti votes-tu ? Fais-tu parfois des choses qui ne sont pas bonnes pour ta santé ? Quel est ton plus mauvais trait de caractère ?»

Des films les suivant au travail, des interviews avec des proches devaient permettre à «Lisa» de mieux connaître les candidats, qui se disaient prêts à tout pour recevoir un rein et qui on raconté avoir subi déjà plusieurs transplantations.

La diffusion de l'émission coïncide avec le cinquième anniversaire du décès du fondateur de BNN, Bart de Graaff, mort après avoir attendu, en vain, un donneur pendant sept ans.

http://www.cyberpresse.ca/article/20070601/CPARTS/7060117...

.

La seule chose qui m'avait fait tiquer

est le fait que les 3 candidats ne savaient même pas

s'ils étaient compatibles avec la donneuse...

Et on peut dire que le canular est réussi:

on en parlé dans le monde entier...

http://www.swisstransplant.ch/

23:39 Publié dans News | Lien permanent | Commentaires (0) | | | | | Pin it! | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.